La démocratie tunisienne et le défi islamiste

1072016

00.png

Entretien avec Zyed Krichen [1]

Directeur de la Rédaction du journal tunisien Le Maghreb [2]

Mohamed Louizi : Le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid, le jeune vendeur ambulant, Mohamed Bouazizi, s’est immolé par le feu en contestation des autorités sous Ben Ali qui avaient confisquées sa marchandise. Un événement qui a enclenché la « Révolution du Jasmin » et, par ricochet, ce que l’on appelle désormais le « Printemps arabe » sur fond de revendications de justice sociale, de libertés et de démocratie. Presque six ans plus tard, l’on constate que partout dans le monde arabe, la force qui est sortie renforcée de cet épisode est l’islamisme, toute variante confondue. En Tunisie, la force politique qui s’est imposée est le mouvement islamiste Ennahda, la branche tunisienne des Frères musulmans. Quelques jours avant la tenue du dixième congrès de ce mouvement, qui s’est réuni du 20 au 22 mai, Rached Ghannouchi, son président, avait déclaré que son mouvement sépare « le religieux du politique » …

Zyed Krichen : En fait, il ne sépare pas tout à fait le « religieux » du « politique ». Il dit qu’il sépare la « politique » de la « prédication ». Ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Pendant les dernières semaines avant la tenue du congrès, on ne parle plus de cela. On parle de la « spécialisation ». Donc le mouvement Ennahda va se Lire la suite… »




Les nababs de Ramadan

15062016

0

Par : Mohamed LOUIZI

Les islamistes aiment l’argent. Il est le nerf de la guerre. De l’argent, ils en amassent en grande quantité ici comme ailleurs. Le mois de Ramadan demeure la principale saison des récoltes bénies. Il était une fois Ramadan … Il était une fois ses nababs … Voici un conte réel des nababs de Ramadan.

Promoteurs immobiliers du paradis

Ici, dans les rangs de la prière, par le biais de l’incitation religieuse presque infantilisante, comme une sorte d’hypnose par le texte « sacré », ils réussissent souvent à siphonner les poches et à prélever automatiquement sur les comptes bancaires des croyants. A entendre un islamiste promouvoir le projet de construction d’une nouvelle mosquée, l’on a plutôt l’impression qu’Allah, au fond, ne serait qu’un simple « promoteur immobilier », vendant des mètres carrés de ses  parcelles équipées au paradis, à tout fidèle qui, en contrepartie, construit pour Lui, par l’intermédiaire des islamistes, une parcelle ici sur Terre.

Un hadith attribué au prophète, que tout islamiste connait par cœur, dit : «  Celui qui construit une mosquée pour Allah, Allah lui construira une demeure au Paradis ». Les islamistes utilisent à outrance tous les ans ce même hadith, et bien d’autres similaires, pour soutirer chaque année des millions d’euros, avec le consentement fasciné de donateurs manipulés. Des croyants naturellement généreux croient les islamistes sur parole et donnent sans compter. Peut-être, le rêve d’une villa après la mort, dans un quartier VIP paradisiaque tranquille, inhibe la raison et déjoue les protections placées sur les comptes bancaires.

Parfois, l’on pourrait parler d’abus de faiblesse sur des personnes vulnérables et naïves. Parfois, l’on pourrait parler de tromperie (pour ne pas dire escroquerie) en bande islamiste (ultra)organisée. Car, dans le cas de certains islamistes que j’ai croisés par le passé, la promotion des projets est faite au nom d’Allah et Lire la suite… »




De quoi la quenelle au Sénat est-elle le nom ?

9052016

01.png

Par : Mohamed Louizi

Vous pouvez télécharger en trois parties (sous format PDF) la présente enquête ici :

fichier pdf De quoi la quenelle au Sénat est-elle le nom – illustré – 1 sur 3

fichier pdf De quoi la quenelle au Sénat est-elle le nom – illustré – 2 sur 3

fichier pdf De quoi la quenelle au Sénat est-elle le nom – illustré – 3 sur 3

Ils l’ont fait, au sein du Sénat, en octobre 2013. Leur passage dans ce lieu symbolique de la République a été immortalisé, entre autres, par une « quenelle », en bonne et due forme, visiblement à l’honneur de Dieudonné M’bala M’bala. Cette quenelle au Sénat, était-ce un sacre de l’insolence ? Everest de l’insouciance ? Ou au contraire, un bras de déshonneur lancé à la face d’une République qui se rétrécit jour après l’autre ? Lorsque l’on sait que cette institution majeure de l’Etat, chambre haute du parlement, symbole du pouvoir législatif, et dont le président pourrait assurer, selon les articles de la Constitution en vigueur, la présidence de la République par intérim, cette quenelle prend le sens au moins d’une « profanation » préméditée de ce haut lieu de la République !

Cette photo a défrayé la chronique, timidement somme toute, dans le territoire du denaisis lors des élections municipales de 2014. Une liste de l’opposition l’a utilisé contre la liste de la majorité. Le temps d’une campagne électorale. Mais seulement le temps d’une compagne électorale. Et puis, c’était tout. Du côté de la rue de Solferino, aucune sanction à ma connaissance. Car au moins trois personnes qui y figurent étaient candidates du parti socialiste et Divers Gauche à Denain, Escaudain et Haveluy pour devenir Lire la suite… »




Les preuves du financement saoudien de l’islamisation de l’université par l’UOIF : Enquête

3022016
1-photo-de-garde-png
Les « sujets » de l’islamisation** de l’université, financée hier par des saoudiens, sont devenus aujourd’hui des « acteurs » de l’islamisation de la jeunesse dans des établissements privés, avec l’aide du Qatar et aussi avec l’argent du contribuable.La stratégie d’islamisation secrète, depuis plus de 30 ans, en phase avec l’agenda de conquête de la frérosalafiste internationale, est toujours en marche !

Avant-propos 

L’UOIF[1] truste aujourd’hui des financements qataris[2] pour son projet d’islamisation de la jeunesse française, dans des établissements scolaires privés, fédérés au sein de la FNEM (Fédération Nationale de l’Enseignement privé Musulman). La même UOIF était financée par des fonds saoudiens pour islamiser l’université française et former ses futurs cadres selon les standards des Frères Musulmans. Des étudiants des années 1990, fruits de cette Lire la suite… »




7 février : un « doigt d’honneur » de l’UOIF à la République ?

26012016

1-annonce-officielle-uoif-ramn-png

Par Mohamed Louizi

Alors que «Le Président de la République a annoncé que, face à la menace terroriste, le gouvernement présenterait au Conseil des ministres du3 février 2016 un projet de loi prolongeant l’état d’urgence pour une durée de trois mois »[1], les Frères Musulmans en France, fédérés au sein de l’UOIF[2], ont décidé d’organiser le neuvième RAMN (Rassemblement annuel des musulmans du Nord) à Lille Grand Palais, le dimanche 7 févier 2016, moins de trois mois seulement après les attentats du 13 novembre à Paris. L’UOIF invite des personnalités sulfureuses, issues de la frérosphère internationale pour parler autour du thème des : Jeunes Musulmans !

Ces personnalités se distinguent par des propos et fatwas sectaires, takfiristes, jihadistes, homophobes et antisémites. Certains invités, en tête d’affiche, avaient appelé au Lire la suite… »




Le président de l’UOIF « renonce » à la dernière minute à saisir la Justice : Une première victoire !

26012016

caricature liberté

Communiqué

Amar Lasfar m’avait assigné en Justice devant le TGI de Paris le 22 décembre 2015, incriminant mon article intitulé : « Parrain et mafieux : Action SAP » que j’avais publié le 27 septembre 2015 sur mes deux blogs, ici et sur Mediapart.

La date d’audience était prévue aujourd’hui, le 26/01/2016 à 11h. A la dernière minute, l’avocat du président de l’UOIF a informé mon Lire la suite… »




Pourquoi j’ai quitté les Frères musulmans, retour éclairé vers un islam apolitique … en photos

10012016

Le 7 janvier est sorti mon essai autobiographique. Ce témoignage citoyen d’intérêt public revient sur 15 ans – de 1991 à 2006 – de militantisme islamiste au sein d’organisations, au Maroc et en France, affiliées organiquement et/ou idéologiquement au Tanzim International de la mouvance créée par Hassan Al-Banna en 1928.

Lorsque des frères tentent de nier ce passé, ce billet rétablit des vérités !

01-louizi-enfance



Caverne d’Amar Lasfar

31122015

00-lessiveuse

Par Mohamed LOUIZI

Avant-propos 

La présente enquête se base, essentiellement, sur les contenus de documents officiels : statuts, procès verbaux d’assemblées générales, actes de gérance, extraits Kbis, bilans et comptes annuels comptables qu’Amar Lasfar et ses associés ont transféré, au titre de déclarations sur l’honneur, aux différentes administrations françaises, fiscales, sociales et bancaires de 1998 à 2014. Ces documents sont accessibles et téléchargeables sur le site Infogreffe.fr (ici). Les statuts et autres documents officiels, relatifs aux associations Ligue Islamique du Nord (LIN), Grande Mosquée de Lille (GML) et l’Association Averroès, sont totalement accessibles par simple demande, formulée par tout citoyen, auprès du Greffe des Associations à la Préfecture du Nord (ici). L’accès à certaines informations comptables est gratuit. L’autre est payant. De part mes expériences professionnelles passées en tant que gérant d’une SARL, puis projeteur, puis chef de projets, puis ingénieur, responsables d’études, je ne prétends pas être spécialiste de l’analyse comptable et financière. Mais, je m’estime capable de déchiffrer correctement quelques lignes, des documents précités, et de lire entre les lignes aussi. La liste des 53 documents exploités est consultable en annexes.

Télécharger l’article sous format PDF (version mise à jour) : fichier pdf Caverne d’Amar Lasfar – Par Mohamed LOUIZI – 31 décembre 2015 (version mise à jour)

 1- Mise en contexte 

Le mardi 22 décembre 2015, j’ai reçu une « Assignation en référé » pour me présenter le mardi 26 janvier 2016 à 9h00, devant le Tribunal de Grande Instance de Paris (J’habite à Roubaix !). Ainsi, pour la deuxième fois, en moins de six mois, le « frère musulman » Amar Lasfar, président national de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), a choisi le terrain judiciaire pour attaquer, une nouvelle fois, mes publications.

En effet, le 27 septembre 2015, j’avais publié un billet intitulé : « Parrain et mafieux : Action SAP » (ici). Celui-ci s’inscrivait dans une continuité et faisait écho aux pressions communautaires et familiales que moi et ma petite famille subissons, en raison de mes engagements intellectuels anti-islamisme, totalement revendiqués et publiquement assumés, depuis que j’ai quitté les Frères Musulmans en octobre 2006. L’article du 27 septembre dévoile aussi, et très partiellement, une face de ces pressions incessantes, faites de rumeurs, d’agissements détestables, de mise à l’index et d’ « exécutions » sociale et économique. Lorsque le lecteur saura que dans mon propre entourage familial Lire la suite… »




Voilà comment l’islamisme se diffuse depuis le Qatar de manière décentralisée et efficace

7122015
islamisme-et-etoile-de-mer-png
Mohamed LOUIZI

 (Temps de lecture estimé à : – 5 minutes)

Vers le début des années 2000, les Frères musulmans du Qatar avaient décidé, après de longues années de réflexion, d’introspection et de planification stratégique, de dissoudre leur branche islamiste à Doha et de se transformer en une sorte de « courant » de pensée et d’action, mais sans structure centrale et centralisée.

L’idéologie reste la même. Le projet aussi. Le cap du Tamkine ne change pas. Mais la structure administrative, et son affiliation organique au Tanzim International, devaient tenir compte des contraintes et risques majeurs de dissolution et de disparition, constatés sous autres régimes : Egypte, Tunisie, Emirats Arabes Unis et Arabie Saoudite. Une partie des « frères » qataris a accepté la mutation tactique et l’autre pas. L’architecte de cette dissolution pragmatique s’appelle Jassim Sultan (ici). Le même qui a conseillé stratégiquement la chaîne Lire la suite… »




Mis en examen pour diffamation : Mon combat contre l’islamisme continue

20112015
Mis en examen pour diffamation : Mon combat contre l’islamisme continue dans Actualites 21.png

*****

(Temps de lecture estimé à : moins de 10 minutes)

*****

Ce matin, à onze heures, au TGI de Nanterre, j’étais convoqué par une Juge d’Instruction, à son bureau, pour une première comparution, accompagné de mon premier avocat Maître Richard Malka, suite à la plainte déposée contre moi, avec constitution de partie civile, par le « frère musulman » Amar Lasfar : président de l’Association Averroès – qui gère le Collège-Lycée Averroès – et président national de l’UOIF, la branche française des Frères Musulmans.

Dans le texte de la convocation que j’avais reçu, il y a quelques semaines, Madame la Juge d’Instruction m’avait déjà annoncé qu’elle « envisage une mise en examen » – avant même qu’elle n’entende ma version ou qu’elle procède à examiner les éléments de preuves matérielles, en ma possession, appuyant le contenu de mes articles. Les faits incriminés sont, je cite : « Diffamation publique envers un particulier par parole, écrit, image ou moyen de communication au public par voie électronique ».

La rencontre a duré moins de cinq minutes, le temps pour Madame la Juge Lire la suite… »







PUERI CANTORES SACRE' COEUR... |
elmoutahajiba |
Bismillah |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FIER D'ÊTRE CHRETIEN EN 2010
| Annonce des évènements à ve...
| IN CAMMINO VERSO GESÙ CRISTO