Le hidjab n’est pas obligatoire en islam

28 03 2007

gamalalbanna.bmp

Gamal Al-Bana, Le trouble-culte.

         Qui est Gamal Al-Bana ? Son nom peut paraître habituel ; effectivement, il a le même patronyme que le fondateur des Frères musulmans d’Egypte. Il écrit depuis les années quarante sur le renouveau religieux et il est redécouvert à l’orée d’un retour de la religion sur la scène publique.  Ce penseur égyptien n’est autre que frère cadet du célèbre Hassan Al-Banna, fondateur des Frères musulmans. Il est en train de bousculer de manière violente les “constantes” islamiques et dérange gravement une certaine idée que l’on se fait de l’avenir des sociétés musulmanes qui ne peuvent être qu’inéluctablement livrées au salafisme triomphant. Il semble qu’il n’en soit rien et, plus que jamais, la pensée islamique semble prise d’une dynamique inattendue.  Al-Banna ne dit rien de moins que le hidjab, voile islamique, n’est pas une obligation légale, que la femme musulmane peut se marier sans témoin et sans ouali (tuteur  légal). Le penseur a fait ces déclarations dans un contexte particulièrement tendu en Egypte, alors que le ministre égyptien de la Culture, Farouq Hosni, avait critiqué cette propension de  ses concitoyennes à porter le hidjab. Si les propos du ministre sont le fruit d’un démarche intellectuelle éloignée des considérations spirituelles, les conclusions de Al-Banna sont, elles, éminemment religieuses. Pour lui, le hidjab s’est imposé à l’islam puisqu’il était une manière de s’habiller. 

Gamal Al-Banna souligne que le Coran n’est pas une “marque déposée” pour la retrouver sur les vêtements dits légaux (chari’). Les recommandations contenues dans le verset : “Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines ; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs soeurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès”(1) traitaient de la manière usuelle de s’habiller à cette époque. Les femmes portaient le voile, comme elles le faisaient depuis des siècles que ce soit en Mésopotamie ou en Grèce, et les hommes des turbans pour se protéger du soleil ou de la poussière. Sinon le seul verset qui évoque le hidjab étant : “ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux.”(2) Selon Al-Banna, il s’agit là d’une allégorie relative à une rideau ou quelque chose qui cache du regard des autres les femmes du Prophète. Mais Al-Banna ne s’arrête pas en si bon chemin, il indique qu’un hadith réputé vrai (sahih) évoque les ablutions que faisaient en commun hommes et femmes et, ainsi, ces femmes ne pouvaient rester couvertes pour accomplir ce rite. Se référant à l’histoire l’islam, il rappelle que le khalife Omar avait sermonné une servante, esclave musulmane, pour s’être accoutrée en mettant le voile, celui-ci permettant de distinguer les femmes libres (qui le portent) des esclaves (qui ne le portent pas). 

Un hidjab qui cache bien des misères 

Mais en fait, la question du hidjab soulevée par Al-Banna peut paraître accessoire malgré le bruit et la fureur qu’elle a suscitée. Le penseur va plus loin en évoquant les question des libertés individuelles, notamment celles des femmes qui peuvent, selon lui, se marier sans recours ni à un tuteur légal ni à des témoins, les questions de la vie des musulmans en Occident alors qu’ils sont en proie aux tentations, sexuelles notamment, le rapport du musulman à la prière et la question de la suppression de la mixité qu’il qualifie d’“opération barbare”.  Les audaces qu’il ose sont sans commune mesure avec tout ce qui a été écrit ou dit jusque-là. Mais Al-Banna n’est pas là uniquement pour jeter des pavés dans la mare. Pour lui, la lecture même du Coran doit évoluer et les musulmans qui, selon ses propos, “ont donné à l’esprit congé depuis mille ans”, doivent revoir les interprétations du Coran à la lumière des connaissances modernes, de la pensée universelle et de la révolution que le Coran a apporté au moment de sa révélation. Quant au hadith, il en appelle à l’esprit critique des musulmans pour savoir distinguer ce qui est en conformité avec l’esprit du Coran et ce qui ne l’est pas. Il souligne qu’à l’époque des khalifes qui ont succédé au Prophète, certaines des sanctions extrêmes relatives aux péchés capitaux, comme couper la main du voleur, avaient été levées dans des circonstances particulières. Mettant en avant que l’adaptation relative du message divin est inscrite dans l’histoire même de l’islam, il se demande pourquoi ces mêmes adaptations ne seraient plus possibles aujourd’hui.  Pour le frère cadet du fondateur des Frères musulmans d’Egypte, les débats aujourd’hui plus pressants que celui autour du hidjab concernent la citoyenneté, le respect des principes des droits de l’homme dans les pays musulmans. Dès lors, si Al-Banna ouvre un débat au sens le plus large, il reste qu’on ne peut le qualifier d’incroyant (zinbdiq) ou d’impie pour la simple raison qu’il revendique haute et fort son islam et présente des connaissances et une érudition religieuse implacable. Al-Banna n’a rien d’un Ali Sina(3) qui utilise le Coran et ses connaissances religieuses pour mieux critiquer l’islam ; malgré tout ce qui s’est dit sur les Frères musulmans d’Egypte, il défend corps et bien la mémoire de son frère, le Cheikh Hassan. 

Bien entendu, les critiques de certains conservateurs, notamment ceux d’Al-Azhar et d’autres, profondément salafistes, ne se sont pas fait attendre. Pour eux, Al-Banna suit le même chemin tortueux que certains intellectuels laïcisants égyptiens ou arabes et n’apporte rien de nouveau. Certes, Al-Banna rappelle des faits historiques et se réfère énormément au patrimoine historique islamique, alors qu’il tire ses conclusions de ses lectures du Coran et des hadiths. Dans le même temps, en allant toucher à un des signes religieux les plus significatifs quant à un retour massif en religion des sociétés musulmanes (les femmes voilées), sous la férule essentiellement des mouvements salafistes ou chiites rampants, il touche à un marquage politique essentiel du fondamentalisme musulman.  Dès lors, même ceux qui le critiquent ne répondent pas aux questions qu’il pose ni ne participent au débat qu’il propose. Ne  pouvant remettre en question les idées qu’il avance,  seule la censure(4) qui le frappe en Egypte est à même de taire ses propos, faute de pouvoir les réfuter. 

Amine Esseghir   

1- Sourate Annour (la lumière), 31. 

2- Sourate Al Ahzab (les coalisés), 59.  3- Ali Sina est un laïc qui se présente comme un musulman qui a quitté l’islam. Il a créé Faith Freedom International, une sorte d’ONG qui possède essentiellement un site Internet destiné à donner aux musulmans qui ont abandonné leur foi la possibilité de témoigner pour, dit-il, “démasquer l’islam et montrer qu’il est une idéologie impérialiste qui tient du  nazisme, déguisée en religion”.  

4- Entre autres livres interdits de Gamal Al-Banna, sur proposition de la commission de censure d’Al-Azhar, La responsabilité de l’échec de l’Etat islamique.  

Un grand nombre d’articles de Gamal Al-Banna sont disponibles en arabe sur http: //www.metransparent.com/authors/arabic/banna.html. 

Source : http://www.lesdebats.com/editionsdebats/140207/Actualite.htm 


Actions

Informations



70 réponses à “Le hidjab n’est pas obligatoire en islam”

1 5 6 7
  1. 7 10 2010
    Nour (13:59:41) :

    Tout d’abord merci pour cet article très intéressant et introductif sur l’œuvre de l’oncle de Tariq Ramadan.

    En tant que musulmane non voilée à qui l »on rétorque toujours que le voile est obligatoire, cela fait plaisir de lire une autre version. Actuellement il très difficile pour une musulmane d »affirmer ce choix e ne pas mettre le voile. N

  2. 7 10 2010
    Ahmed (23:14:11) :

    Salam Nour,

    Tiens bon, sache que les sois disants versets qui parlent du foulard, se sont des versets médinois donc qui ont été révélés au minimum 10 ans après le début de la révélation. Est ce que cela veut dire que les musulmanes du début de la révélation qui ne portaient pas le voile, étaient-elles vouées à l’Enfer ? Bien sûr que non. Le musulman averti se rend bien compte aprés étude des versets coraniques qu’il y a une différence majeure entre les versets de la période mecquoise et ceux de la période médinoise. Les versets médinois concernent plutot les règles de vie en société du premier état islamique qu’était Médine (l’interdiction de l’alcool qui a été instaurée que 3 ans avant la mort de notre Prophète et avant cela les musulmans buvaient et étaient-ils considérés comme des nons musulmans ? Bien sur que non), les règles de bataille pour se défendre ensuite les règles de la répartition du butin, l’héritage, etc… tandis que les versets mecquois concernent l’esprit de l’Islam à travers l’Unicité de Dieu, la Tolérance, les histoires des prophètes, de l’Univers, etc… Le sujet est vaste, j’espère qu’on aura d’autres occasions de discuter.

    Paix sur vous

  3. 23 01 2011
    Cherche des reponses (04:25:01) :

    J’ai lu avec attention l’article ainsi que les commentaires mitigés.
    Je suis musulmane et je ne porte pas le voile car je suis encore a la recherche de reponse. est ce une obligation ou pas?
    Je voudrais avoir la preuve rapporté que le voile recouvrant les cheveux soit obligatoire car pour le moment, la preuve émanant du prophete (sws), je ne l’ai pas trouvé!
    Si quelqu’un peut me la donner je serai contente d’avoir la reponse.
    merci

  4. 19 06 2011
    Fairouz boudali (01:38:33) :

    dans ce lien vous aurez la preuve que le voile n’est pas obligatoire
    lumieredieu.blogspot.com

  5. 13 09 2011
    laila (18:55:30) :

    Moi je suis totalement d’accords avec Mluizi en lisant ,et relisant les versets coraniques on trouve pas que le port de voile est une obligation, il y’ a trop d’ambiguïté c’est pas claire,c’est vrai que le verset de » jilbab » était destiné, aux musulmanes parce qu’elles étaient allés voire le prophète, à cause des agacements des non musulmans lorsque celle-ci sortaient pour faire leurs besoin, on savait qu’il n’y avait pas de toilette, les femmes devraient faire leurs besoin sans être vu, actuellement cette situation n’existe plus. Ce qui importe c’est l’être humain, les valeurs, l éthique, à quoi ça sert ce contingent de femmes voilés lorsqu’elles sont dépourvue de toute décence , honnêteté ,et prêtes à toutes les obscénités.Le plus flagrant c’est lorsque on trouve une femme voilé, mais malheureusement n’effectue pas sa prière, qui une obligation bien claire ,ce que je reproche à nos Oulémas c’est que vous êtes penchés sur le matériel et vous avez laissez l’âme, le spirituelle … »La violence qui est utilisée pour forcer les femmes à se voiler n’a rien à voir avec l’islam.L’exemple le plus probant en est l’arriere petite fille du prophète Mahomet, Sukaina.Elle a toujours refusé de se voiler , elle était « barza » c’est a dire completement visible. De plus, elle était tres belle et fort intelligente. Quand son pere, Hussein, a été tué à Karbala, elle est devenue une opposante politique au régime des Omeyyades, elle se rendait à la mosquée avec sa suite et insultait le calife. Elle n’a pas été punie, ni pour avoir refusé de se voiler, ni pour son opposition au pouvoir. »L e comble c’est lorsque ils parlent de hadith de kassiyte 3ariate (habillé -nu ) ces femmes qui sont moitié habillé moité nu ne verrons pas le paradis. Monsieurs je veux comprendre c’est quoi la signification de mot « nu »,alors si le synonyme de » nu » est la femme qui ne porte pas de foulard,je dirai que vous avez raison mais hélas ce n’est pas le cas

  6. 17 09 2011
    Céline (22:35:31) :

    Bonjour,
    Convertie à l’islam depuis maintenant presque 8 ans, je suis heureuse de lire et de const

  7. 17 09 2011
    Rim (23:09:14) :

    Salam,
    Je suis heureuse de lire et de constater qu’il existe encore des gens capable de remettre en question et se poser les bonnes questions.
    Convertie depuis presque 8 ans par amour pour l’islam et parce que pour moi l’islam représente une religion de tolérance, de non contrainte et qui incite le croyat à réfléchir, j’ai toujours été sidérée et je continue à l’être lorsque je discute avec certains musulmans (la plupart) qui appliquent ce qu’on leurt a toujours appris sans se demander le pourquoi du comment, sans comprendre l’aspect spirituel. « je prie pcq c’est obligatoire », « je porte le foulard pcq je ne veux pas bruler en enfer », « je mange halal pcq c’est une obligation’, mais quand je leur demande s’ils savent pourquoi ils le font, je suis souvent étonnée du manque de connaissance des musulamns vis-à-vis de leur propre religion et du fait qu’ils se sentent tres rapidement attaqués personnellement. peut-etre devrions nous parler plus souvent de l’Age d’Or de l’slam, perdiode ou les debats étaient monnaie courante et qui ont donné lieu a de nombreuses grandes decouvertes. on osait débattre et se remettre en question. D’ailleurs le coran ne commence t’il pas par Lis, reflechis ? aujoudrhui j’ai l’impression que l’on doit suivre aveuglément ce qu’on nous dit et que si on a le mlheur de poser une question on est tt de suite rabroué ou qualifié de mauvais musulman. suffit de faire un tour sur de nombreux forum musulamns, qd je lis comment les gens peuvent se juger et mépriser celui qui n’est pas d’accord avec les autres, je me dis waouw, c’est ça la tolérane ? c’est ca le respect des autres ?
    pour revenir au port du foulard, J’ai lu et relu la sourate an noor et je n’y ai jamais trouvé l’obligation de porter le foulard, tandis que certaines qui le portent n’ont jamais chercher à savoir d’ou cette « obligation » venait. je respecte totalement mes soeurs qui porten le foulard, mais combien le font réellement pour se sentir mieux avec leur foi, a contrario combien le font pour paraitre meilleure musulmane q’une autre, combien le font pcq on leur a dit qu’ou sinon elles allaient finir en enfer. Et moi, quand on me dit ça, je me sens indirectement jugée, moi qui ne le porte pas, cela voudrait dire que je suis une mauvaise musulmane ? pour moi, il me semble que l’important c’est la foi et les actes que l’on porte, pas l’apparence que l’on se donne.
    aujourd’hui, j’ai reçu la visite de ma belle-soeur. Nous nous entendons tres bien. Elle porte le foulard depuis qqs mois. Elle me dit avoir vecu longtemps dans le péché et préfère donc le porter car elle avance en age et n’a pas envie d’aller en enfer car elle a deja perdu bcp de points… bref. Elle est mariee et a deux enfants, ne travaille pas et se sent tres deprimée car n’a plus aucune vie sociale. elle aimerait reprendre une formation pour incha’allah recommencer à travailler. Mais on lui a dit que le voile était obligatoire et qu’elle ne pouvait en aucun cas l’enlever meme si c’est pour un travail. Je lui ai dit que je respectais son choix, mais j’ai vraiment de la peine pour elle. j’ai cherché à l’emmener sur le chemin de la réflexion en lui disant que ce qui comptait plus que tout c’est qu’elle se sente bien avec sa foi, qu’il n’y avait nulle contrainte en islam et que pour moi le voile ne nous rendait pas meilleur ou moins bon que c’etait juste un choix personnel. mais je sais que cela n’aura que tres peu de poid dans ses decisions, car le regard des autres, le qu’en dira-t-on, l’hypocrisie remporteront le combat face à la réflexion…
    tout ca pour vous dire que lmoi qui aime lire et apprendre, je suis parfois perdue pcq je ne sais avec qui débattre de mes idées, je ne sais plus comment choisir mes lectures tellement je suis tombes sur des bouquins qui me semblaient tellement peu véhiculer ce qui m’a amené vers l’islam… Alors merci à vous pour ce super site, car meme si on ne peut pas toujours etre d’accord sur tout, ca fait du bien de voir qu’il existe encore des gens qui aiment débattre et donner des informations denuées de toute hypocrisie, jugement ou censure :-)

  8. 18 09 2011
    mlouizi (00:15:22) :

    Salam a toutes et a tous, un grand merci a vous, celles et ceux qui continuent a donner une vie a ce blog … Chaque commentaire, chaque témoignage lui donne un nouveau souffle … Une nouvelle espérance … J’avoue que, pour ma part, meme si je suis absent depuis un bon moment du blog, je suis toujours vos échanges et je me nourrie de vos temoignages et de vos questinnement … Merci encore une fois. Sinon, je compte revenir très très bientôt avec une série d’articles, toujours fidèles a l’esprit de ce blog … En attendant la suite, je me permets de dire que le vrai voile qui me pose un vrai problème, ce n’est point le morceau de tissu avec lequel des femmes se couvrent les cheveux … Le vrai voile, c’est celui que l’on ne voit pas car invisible … C’est celui qui nous empêchent de voir nos contradictions, nos folies collectives, nos sotises et autre musulmaneries peu assumées … Le vrai voile, c’est celui qui nous empêche de raisonner, de choisir et d’être nous-même … tout simplement … Ce voile immatériel pervertis le sens … etaint la Lumière de la raison en nous … nous conditionne pour être ou devenir manipulable … Le vrai combat donc, c’est celui qui vise a identifier les contours religieux, culturels et sociaux de ce voile déshumanisant … Après, accepter de se voiler les cheveux ou les laisser profiter du soleil et de l’air libre deviendra, peut-être une simple question de goût, d’esthetique et peut-être aussi d’une certaine vision respectable de cheminer vers Dieu mais sans qu’elle ne soit LA VISION … La vrai ou l’unique !

  9. 29 03 2013
    aouni (10:07:39) :

    je suis musulmane depuis ma naissance et actuellement retraitée de l’enseignement secondaire , je n’ai jamais porté le hidjab et je ne le portrai pas car je ne suis pas convaincue ,pour moi ce qui compte c’est ce qu’il y’a à l’interieur de la personne c’est à dire la pudeur car si une femme n’a pas de pudeur meme avec son regard et ses yeux bien soulignés comme elles le font ,elle peut attirer les hommes. moi je pense qu’une femme non voilée et bien eduquée vaut mille fois mieux qu’une femme voilée mal eduquée avec des idées malsaines ,ce que l’on voit de nos jours c’est que ces femmes voilées ont beaucoup plus de libertée que les non voilées elles considerent le hidjab comme un passeport pour aller ou elles veulent et font se qu’elles veulent pa contre les non voilées savent qu’elles sont deja sur la ligne de mire elles font plus attention à leur reputation donc mon avis est que de nos jours le hidjab pour certaines est un passe port pour la debauche ,j’ai trois filles elles ne portent pas le hidjab elles sont tres bien eduquées ,2 sont mariées l’autre va suivre ,elles ont fait des etudes superieurs , malheuresement les musulmanes ont remplacé l’education musulmane par le hidjab tout court et ça sonne faut

  10. 7 05 2014
    Didon (15:19:53) :

    Je ne connaissais pas ce blog.Intéressant !

1 5 6 7

Laisser un commentaire




Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus