L’importance du chat dans la méditation*

26 06 2008

bouddhachat.bmp

Texte de Paulo COHELO

Lorsque j’ai écrit Veronika décide de mourir, un livre sur la folie, je me suis vu dans l’obligation de me demander quelle était la part de nos actes qui nous a été imposée par la nécessité, ou par l’absurdité. Pourquoi portons-nous une cravate ? Pourquoi la montre tourne-t-elle dans le « sens des heures » ? si nous vivons dans un système décimal, pourquoi le jour a-t-il vingt-quatre heures de soixante minutes ?

Le fait est que le nombre de règles auxquelles nous obéissons de nos jours n’ont aucun fondement. Pourtant, si nous désirons agir autrement, nous sommes considérés comme « fous » ou « immatures ».

En attendant, la société crée des systèmes qui, avec le temps, perdent leur raison d’être mais continuent d’imposer leurs règles. Une intéressante histoire japonaise illustre ce que je veux dire :

Un grand maître bouddhiste zen, responsable du monastère de Mayu Kagi, avait un chat, qui était sa vraie passion dans la vie. Ainsi, pendant les leçons de méditation, gardait-il le chat près de lui, afin de profiter le plus possible de sa compagnie.

Un matin, le maître, qui était assez vieux, fut trouvé mort. Le disciple qui avait le grade le plus élevé prit sa place.

« Qu’allons-nous faire du chat ? » demandèrent les autres moines.

En souvenir de son ancien instructeur, le nouveau maître décida de permettre que le chat continuât de fréquenter les leçons du bouddhisme zen.

Des disciples de monastères voisins, qui voyageaient beaucoup dans la région, découvrirent que dans l’un des temples les plus fameux du lieu, un chat prenait part aux méditations. L’histoire commença à se répandre.

Des années passèrent. Le chat mourut, mais les élèves des monastères étaient tellement habitués à sa présence qu’ils se débrouillèrent pour trouver un autre chat. Pendant ce temps, les autres temples introduisaient peu à peu les chats dans leurs méditations : ils croyaient que le chat était le vrai responsable de la célébrité et de la qualité de l’enseignement Mayu Kagi, et en oubliant que l’ancien maître était un excellent instructeur.

Une génération passa, et l’on vit apparaître des traités techniques sur l’importance du chat dans la méditation zen. Un professeur d’université développa une thèse – admise par la communauté académique – affirmant que le félin avait la capacité d’augmenter la concentration humaine et d’éliminer les énergies négatives.

Ainsi, durant un siècle, le chat fut considéré comme une partie essentielle de l’étude du bouddhisme zen dans cette région.

Et puis apparut un maître qui était allergique aux poils des animaux, et il décida d’éloigner le chat de ses pratiques quotidiennes avec les élèves.

Il eut une violente réaction de refus, mais le maître insista. Comme s’était un excellent instructeur, le rendement scolaire des élèves demeura le même malgré l’absence du chat.

Peu à peu, les monastères – toujours en quête d’idées nouvelles et lassés de devoir nourrir tant de chats – éliminèrent les animaux des leçons. Au bout de vingt ans, apparurent de nouvelles thèses révolutionnaires, portant des titres convaincants comme L’importance de la méditation sans le chat ou Equilibrer l’univers zen par le seul pouvoir de l’esprit, sans l’aide d’animaux.

Un autre siècle passa et le chat sortit totalement du rituel de la méditation zen dans la région. Mais il fallut deux cents ans pour que tout redevînt normal – personne ne s’était demandé, durant tout ce temps, pourquoi le chat se trouvait là.

Combien d’entre nous, dans la vie, osent se demander : pourquoi dois-je réagir de la sorte ? Jusqu’à quel point, dans nos actes, nous servons-nous de « chats » inutiles, que nous n’avons pas le courage d’éliminer, parce que l’on nous a dit que les « chats » étaient importants pour que tout fonctionne bien ?

Pourquoi, en cette dernière année du millénaire, ne cherchons-nous pas une manière d’agir différente ?

Note :

* Paulo COHELO, Comme le fleuve qui coule, Paris, Flammarion, 2006 : p.133-135 


Actions

Informations



3 réponses à “L’importance du chat dans la méditation*”

  1. 11 07 2008
    nagaetta (22:40:42) :

    j’ai été touché par ton écrit, car c’est ce que j’essaie de faire passer comme message sur mon blog « canonisation et a vos stylos » je pense que l’etre humain à besoin de concret pour croire et c’est ce que j’aimerai comprendre. salutation.

  2. 28 12 2011
    Béatrice (23:40:30) :

    Il se trouve, très cher,que j’ai regardé votre blog, justement parce que mes chat(te)s réagissent très fort quand je médite. L’une d’elle qui ne dit jamais rien me tourne autour en miaulant, et les deux s’installent auprès de moi juste qd je médite.

    Alors, j’y crois fermement moi aussi à l’importance du chat ds la méditation, d’ailleurs qd ma pensée divague, je n’ai qu’à caresser la chatte la plus touchée pour me recadrer aussitôt, alors penser ce que vous voulez, moi, je le vis.

  3. 30 12 2011
    Idriss (17:03:48) :

    Sallam
    Ce qui me dérange avec Cohelo c’est qu’il emprunte souvent aux traditions ses histoires , les adaptes à une sauce plus ou moins new age comme pour brouiller les pistes sans jamais citer ses sources.
    En l’occurance cette histoire de chat est une histoire connue dans la tradition bouddhiste : Il y a fort longtemps de cela, un chaton abandonné fut recueilli dans un monastère. Le minou était turbulent et joueur, et ses joyeuses pirouettes et autres galipettes distrayaient quelque peu les moines durant leurs sessions de méditation quotidiennes.

    Afin de rétablir le calme, le Maître Zen finit par conseiller de l’attacher lors des pratiques.

    Les années passèrent, et, lorsque le Maître mourut, ses disciples continuèrent d’attacher le chat avant chaque session de méditation.

    Lorsque le chat mourut, un nouveau chat fut accueilli au monastère, et à son tour attaché durant les pratiques.
    Quelques siècles plus tard, les descendants de la lignée spirituelle du Maître écrivirent des traités sur la signification religieuse d’attacher un chat pendant les sessions de méditation.

    Les traditions subissent parfois des dérives, vers du ritualismes par exemple. Pour autant c’est un risque dont elles ont souvent conscience. Parfois elle réussissent même à se réformer. C’est le cas du bouddhisme tibétain par exemple si prisé aujourd’hui qui a failli se perdre à un moment de son histoire dans le ritualisme .

    L’islam a aussi des traditions et contes initiatiques qui attirent l’attention de tout un chacun (avec humour souvent) a propos de tous les pièges qui guettent les cheminants comme les simple croyants.

Laisser un commentaire




Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus