Présidentielle : Emmanuel Macron, otage du vote islamiste ?

29 04 2017

0000.pngPar : Mohamed Louizi

Télécharger et lire l’article en PDF ici :

fichier pdf Présidentielle-Macron-otage-du-vote-islamiste-M_LOUIZI

Avertissement :

Le décryptage qui suit ainsi que ses illustrations, en annexes, pourraient aider à faire un choix électoral (ou pas), le 7 mai prochain, au second tour des élections présidentielles. J’en suis conscient. J’assume ce que j’écris, comme je l’ai toujours été, y compris dans les prétoires. Je suis responsable de ce que je dis. Je ne suis comptable ni de ce que d’autres en feraient, ni des possibles instrumentalisations. Je rassure mes lecteurs que toutes les informations sont vérifiables à 100%. Plus de cinquante notes bibliographiques renvoient aux sources directes. Aucune source n’est un « fake news » d’origine russe. Les illustrations comportent d’autres informations complémentaires.

Certains diraient que ce ne serait pas le bon timing pour le publier. Ce qui est certain, c’est qu’il a été écrit après l’annonce des résultats du premier tour, en réaction aux diverses polémiques ambiantes, pour éclairer simplement le choix au second tour. Très condensé, il est composé de neuf parties et pourrait être lu en une seule fois, ce que je recommande vivement. Toutefois, il pourrait être lu aussi en petites doses. Comme tout texte à enjeu, en ces temps, il est susceptible d’avoir des effets indésirables : rougeur des joues, trouble de la vision, énervement, insomnie, stress, déprime et hypertension artérielle. Si vous remarquez des effets indésirables non mentionnées dans cette introduction, veuillez m’en informer pour les textes à venir. Bonne lecture !

1- Mohamed Saou est-il un cas isolé ?

«Il a fait quelques trucs radicaux, c’est ça qui est compliqué, mais c’est un type bien Mohamed. Et c’est pour ça que je ne l’ai pas viré !»[1] expliquait Emmanuel Macron, hors antenne, le vendredi 14 avril 2017, sur la radio Beur FM, pour défendre Mohamed Saou,  son ex-référent du Val-d’Oise. Ce dernier avait dit, sur sa page Facebook en septembre 2016 : «Je n’ai jamais été et je ne serai jamais Charlie». Reprenant à son compte un slogan islamiste post-attentat de Charlie Hebdo, à l’image d’un certain Tariq Ramadan qui n’a jamais été «ni Charlie, ni Paris» : le fameux «ni, ni» des islamistes.

Marwan Muhammad, président de l’organisation frériste CCIF, avait lui aussi exigé des explications et a menacé d’utiliser son supposé poids électoral, contre Emmanuel Macron, dans le cas où Mohamed Saou était écarté du mouvement «En Marche !»  sous pression «islamophobe», disait-il. En effet, le 10 avril 2017, il a adressé une lettre au candidat Macron dont la conclusion fut, on ne peut plus claire :  «En fonction de votre réponse (ou de son absence), je serai alors en mesure de m’exprimer publiquement sur le sujet, en direction de nos contacts médias, de nos 17 antennes régionales, de nos 14000 adhérents et de nos 350000 abonnés, sur les newsletters et les réseaux sociaux. Chaque électeur sensible à ces questions pourra alors faire, en conscience, un choix éclairé»[2] : une intimidation.

Cependant, le cas de Mohamed Saou est-il un cas isolé au sein du mouvement d’Emmanuel Macron ? Ce candidat à l’Élysée serait-il, ou pas, « dans les mains des islamistes » ? Est-il le candidat préféré des Frères musulmans ? Hormis la présence anecdotique signalée de l’islamiste Soufiane Iquioussen, dans une réunion d’ «En Marche !» à Bouchain[3] dans le Nord, alors qu’il soutenait Benoît Hamon (!), dans ce qui suit, d’autres cas troublants seront dévoilés : de la commune de Oignies dans le Pas-de-Calais, à Bordeaux dans le Sud-Ouest, jusqu’à Mulhouse dans l’Est, en passant par Paris, des soutiens d’Emmanuel Macron, des islamistes (ou au service inconscient de l’islamisme conquérant) s’appellent : Noureddine Aoussat, Rachid El-Kheng, Yanis Khalifa, Yaman Mahfoud, et la meilleure pour la fin, une certaine Fatima Jenn  et ses principaux soutiens : Anouar Sassi et Aziz Senni.

2- Cap islamiste sur les législatives ?

Par ailleurs, d’autres noms pourraient même bénéficier de l’investiture d’ «En Marche !» pour les législatives. Difficile de faire un tour vérificatif des 577 circonscriptions. D’autant plus qu’Emmanuel Macron n’a pas encore révélé la liste complète de ses candidats, comme promis. A ce jour, sauf erreur de ma part, seuls 14 noms sur 577 ont été dévoilés[4]. Plus encore, à en croire un récent article du Figaro, «les investitures ne seraient pas nécessairement rendues publiques la semaine prochaine»[5]. On peut espérer qu’elles le soient, même partiellement, s’agissant des «400 à 450 candidats» déjà retenus. Emmanuel Macron dévoilerait-il cette liste avant le second tour des présidentielles pour lever toute suspicion légitime ? On peut l’espérer. Car cela est aussi un enjeu majeur dont l’éclairage urgent permettrait, à tout un chacun, de voter éclairé, ou de s’abstenir, le dimanche 7 mai.

3.png

En attendant, ce qui est certain, c’est que des candidats pour les législatives, notoirement islamistes, soutenant Macron ou pas, sont déjà dans les starting-blocks, ici où là. Ils sont jeunes adultes, issus de la frérosphère et s’appellent : Yassir Louati, Jimmy Parrat, Jamel Oufqir, Hanan Zahouani, Abdelkrim Marchani, Samy Debah, etc. D’autres candidats issus du parti islamo-turc, le «Parti Egalité et Justice», proche de l’AKP d’Erdogan, pourraient présenter des dizaines de candidats, revendiquant leur communautarisme, comme aux départementales de 2015[6].  Par conséquent, le risque de voir quelques islamistes occupés des sièges au Palais Bourbon, au nom de la diversité, lors de la prochaine législature, est bien réel. «En Marche !», comme d’autres formations, pourrait leur offrir cette opportunité tant rêvée, tel un Cheval de Troie qui s’ignore dans la complaisance.

3- Quand les Frères musulmans appellent à voter Macron !

Aussi, il n’est pas inutile de rappeler que les Frères musulmans de l’UOIF, par exemple, depuis l’annonce des résultats du premier tour, ont publié deux communiqués appelant à voter Emmanuel Macron, à presque vingt-quatre heures d’intervalle. Le premier, datant du 24 avril, appelle les musulmans à «aller voter massivement pour faire barrage aux idées de xénophobie et de haine et donner au candidat Emmanuel Macron, le score le plus large»[7]. Le second, datant du 26 avril, réagissant au propos de Marine Le Pen, la veille sur TF1, qui avait affirmé qu’Emmanuel Macron était «entre les mains des communautaristes, et notamment des plus dangereux d’entre eux, comme l’UOIF». Les Frères musulmans de l’UOIF y dénoncent donc ce qu’ils considèrent comme «mensonge éhonté». Ils appellent en revanche «à voter massivement pour Monsieur Macron et à faire barrage à la menace incarnée par les idées de Madame Le Pen»[8].

 

Communiqué-UOIF

Pour une organisation qui se définit comme étant «apolitique»[9], cela laisse vraiment à désirer. Son allié stratégique, la Grande Mosquée de Paris, n’est pas en reste et fait de même en appelant «à voter massivement pour le candidat Emmanuel Macron»[10]. Comme si l’hypothétique «vote musulman» devait appartenir au leader d’ «En Marche !». L’UOIF aurait-elle des intérêts particuliers, qui seraient protégés, si Emmanuel Macron devient président ? La suite donnera quelques éléments d’analyse.

4- Et ce Noureddine Aoussat qui fait compagne pour Macron ?

D’autres frérosalafistes ont appelé à voter Macron, et dès le premier tour. Parmi lesquels on trouve le franco-algérien Noureddine Aoussat[11]. En effet, dans son lieu de culte, lors de son prêche du vendredi 14 avril, il a appelé ses fidèles à voter «contre les extrémistes», en faisant fi de l’article 26 de la loi du 9 décembre 1905, fondatrice de la laïcité et de la séparation des Églises et de l’Etat. Ledit article précise qu’ «il est interdit de tenir des réunions politiques dans les locaux servant habituellement à l’exercice d’un culte». Un flagrant délit. Mais, me diriez-vous, depuis quand un islamiste respecte la laïcité ? Jamais.

0.png

Le soir même, sur sa page Facebook, Noureddine Aoussat diffusa un extrait de son prêche du midi[12], accompagné d’un commentaire «Ni abstention, ni vote blanc ! Tous pour un vote utile dès le premier tour !». Car, selon lui, «l’élection va se jouer dès le premier tour cette fois-ci» et que «le dimanche 22 avril» (!), il faut voter «contre les candidats extrémistes et islamophobes». Une semaine plus tard, le 21 avril, ce partisan de Sayyid Qotb publia un long texte où il a expliqué pourquoi voter Macron était important. Pour lui, Emmanuel Macron est «le moins pire des quatre ou cinq candidats qui sont favoris». Il rajouta : «Je vote Macron pour barrer la route à Le Pen, Fillon et Mélenchon»[13] !

Noureddine Aoussat n’étant pas à son coup d’essai. Tous ceux qui ne partagent pas sa vision d’une laïcité soumise aux injonctions et revendications islamistes sont «islamophobes». Lors des primaires de la droite et du centre, il a appelé les musulmans de France, dans une vidéo, à voter contre François Fillon, auteur de l’essai «Vaincre le totalitarisme islamique»[14] — pour le coup, ça se comprend ! — et par déduction, à voter pour Alain Juppé. Aussi, lors des primaires citoyennes de la gauche, il a fait compagne pour Benoît Hamon et a appelé à voter contre Manuel Valls.

En effet, le 28 janvier 2017, sur son blog dans Mediapart, il a publié une tribune intitulée : «Pourquoi voter contre Valls ce dimanche ?» où il dit, je cite : «Quand on écoute Valls nous expliquer que sa conception de la laïcité est celle de Fourest et de madame Badinter, on comprend qu’il compte toujours continuer à être le porte-parole politique d’une conception falsifiée et dévoyée de la laïcité. Valls a donc choisi de s’appuyer sur deux béquilles, qui, hélas pour lui, sont présentement les symboles même d’une double faillite : une faillite intellectuelle, celle de madame Badinter ; et une faillite morale, celle de Fourest»[15]. Les intéressées apprécieront.

 

1.png

Ainsi, quand il appelle désormais à voter, dès le premier tour, pour Emmanuel Macron, on peut craindre qu’il soit certainement rassuré que durant le prochain quinquennat, les acquis du «totalitarisme islamique», cultivés et entretenus durant les trente dernières années, seraient, au moins préservés, au pire revus à la hausse, préparant «la partition»[16] qui s’annonce. Noureddine Aoussat parie certainement sur le bon cheval !

5- Rachid El-Kheng, un extrémisme tolérable ?

Défenseur du voile islamiste, il semble axer son engagement dans «En Marche !» sur la vision d’Emmanuel Macron concernant l’islam (-isme). Une semaine avant le premier tour, il a publié un post intitulé «L’islam n’est pas un problème pour la France», reprenant une déclaration d’Emmanuel Macron. Et Rachid El-Kheng d’expliquer : «Nous ne nous laisserons pas déstabiliser par ceux qui ont comme unique projet la division des français, le repli identitaire ou l’exploitation du communautarisme à des fins politiques.  Notre position chez En Marche ! est saine, claire et respectueuse des croyances de chacun. Notre position chez En Marche ! servira le vivre ensemble et l’intérêt de la nation».

4.png

Jeune Manager dans un groupe international français de l’énergie électrique, il est le coordonnateur local du mouvement «En Marche !» dans le bassin minier à Oignies[17] (62590), dans le Pas-de-Calais. Il multiplie les apparitions médiatiques à côté d’Emmanuel Macron. Toutefois, son profil ressemble fortement à celui de Mohamed Saou, voire plus encore. Car, en matière de reprise de la rhétorique islamiste, Rachid El-Kheng semble être un expert, alimentant la théorie du «complot sioniste» ; reprenant à son compte la propagande frériste de la «Syria Charity» ; partageant des tribunes facebookiennes de Tariq Ramadan, comme lorsque celui-ci appelant à créer un «contre-lobby» pour contrer, je cite «des lobbys très puissants, intégristes laïcards, ou pro-sionistes» !

Un simple examen de son profil Facebook révèle son univers et les constances idéologiques extrémistes qui animeraient son action.  Son soutien pour les leaders des Frères musulmans n’est pas à prouver. Pro-Mohamed Morsi, il a osé publier, le 11 aout 2014, une photo d’une carte d’identité israélienne, sur laquelle on a mis la photo retouchée du président égyptien Abdel Fatah al-Sissi. Sur la tête de ce dernier, on a rajouté une Kippa et deux tresses ! Rachid El-Kheng mit alors ce commentaire : «Sissi, il a trouvé sa carte». Antisémitisme ou pas, chacun appréciera. Un autre jour, il partagea sur sa page un appel pour exiger la libération du frère musulman égyptien Khaled al-Qazzaz, l’ex-assistant du frère musulman Mohamed Morsi.

6.png

L’expression de sa solidarité avec le peuple palestinien, humainement légitime, prend souvent d’étranges accents. En mars 2015, par exemple, il diffusa sur sa page le propos d’un certain Abu Yazan Gazaoui, je cite : «Le monde pense que Gaza est occupée par Israël. La vérité c’est que le monde arabe est occupé par Israël à l’exception de Gaza». D’autres posts et photos ne laissent aucun doute quant à son orientation idéologique. Lui aussi, comme Mohamed Saou, n’a jamais été Charlie. C’est son droit.

D’ailleurs, lorsqu’on analyse attentivement ses publications post-attentat de Charlie Hebdo, on trouve un concentré de complotisme et de reprise d’éléments de langage de la Dieudosphère. Le 11 janvier, le jour de la manifestation à Paris, il a écrit : «Je ne comprends pas la France et le rassemblement de la communauté internationale en France ? Et la Palestine cet été, ce n’était pas du terrorisme ?». Une mise en parallèle habituelle dans ses milieux. Rachid El-Kheng considère qu’ «il y a 4 types de mensonges : les petits mensonges, les grands mensonges, le 11 septembre 2001 et le 7 janvier 2015». No comment ! Emmanuel Macron dirait : « Il a fait quelques trucs radicaux, c’est ça qui est compliqué, mais c’est un type bienRachid » !

5.png

6- Yanis et Yaman, un entrisme adoubé ?

Le premier est un jeune «orphelin» du couple Juppé-Bayrou qui s’est jeté dans les bras d’Emmanuel Macron. De métier consultant, il cumule les mandats associatifs : membre du conseil d’administration de Coexister France, il est aussi secrétaire général du Club Hessel, un club se disant de réflexion politique[18]. Mais, Yanis Khalifa est avant tout un pur produit de l’association EMF (Étudiants musulmans de France), le bras des Frères musulmans de l’UOIF à l’université française. Jusqu’à très récemment, il était membre du bureau national d’EMF, chargé des relations publiques et entretenant des liens européens et internationaux avec le Tanzim international des Frères musulmans. En France, il est très actif dans le réseautage influent. De part ses fonctions nationales, il participe à des activités et formations, notamment celles organisées en Turquie par le FEMYSO, la branche européenne des Frères musulmans, s’occupant des jeunes et des étudiants, que préside la «sœur» Intissar Kheriji, la fille du leader islamiste tunisien Rached el-Ghannouchi.

Les photos publiques, issues de son profil Facebook et bien d’autres pages officielles de son réseau associatif, le montrent sous différents angles : à côté de la «sœur» tunisienne Sayida Ounissi, ex-députée du parti islamiste tunisien Ennahda, actuellement secrétaire d’état chargée de l’initiative privée ; ou lors d’une réunion de l’instance nationale d’EMF, organisée au siège social de l’UOIF à La Courneuve ; ou dans les studios de la radio Europe 1 pour présenter EMF ; ou à côté du frère musulman Bashar al-Sayadi[19], le président de l’Union des musulmans de Rouen (UOIF) ; ou faisant la promotion du Gala du 25ème anniversaire d’EMF, organisé au sein même de la faculté islamiste IESH (Institut Européen des Sciences Humaines à Paris), que finance en partie la Qatar Charity, avec comme invités, les islamistes Ahmed Jaballah et Hassan Iquioussen.

 

10.png

Par ailleurs, le profil de Yanis Khalifa devient plutôt intéressant à analyser, lorsqu’on découvre qu’il est aussi membre du bureau politique du MODEM76 (Seine-Maritime). En même temps, il semble être très proche et très familier aussi avec le couple Juppé, à tel point qu’il appelle, sur sa page Facebook, Alain Juppé «tonton Alain» et sa femme «tata Isabelle». Il faisait parti aussi des «Jeunes avec Juppé». Après la défaite de ce dernier aux primaires de la droite et du centre, il a cosigné un texte intitulé «Appel à François Bayrou, présentez-vous !»[20]. Un article du Figaro du 22 février explique pourquoi ce jeune islamiste souhaitait une candidature de François Bayrou[21]. Le président du MODEM ayant décidé de ne pas se présenter et de rejoindre Emmanuel Macron, Yanis Khalifa, quant à lui, a cosigné à nouveau un nouveau texte, paru dans L’Obs du 13 mars, intitulé : «100 membres des Jeunes avec Juppé apportent leur soutien à Emmanuel Macron»[22]. Ou comment on fait le chemin de de Bayrou à Juppé, et puis le chemin inverse de Juppé à Bayrou, et puis «En Marche !» de Bayrou à Macron, sans se poser la question de la cohérence de la ligne politique. Preuve que les acteurs islamistes n’ont aucune ligne idéologique fixe, si ce n’est celle de l’opportunisme en vrac. Celle qui permettrait  aux Frères musulmans de placer leurs «ambassadeurs» à des postes clefs, en vue du fameux Tamkine espéré.

9.png

Un autre nom, apparaissant sur cette liste, me paraît aussi intéressant. Fils d’un frère musulman, il s’appelle Yaman Mahfoud, ancien lauréat du Lycée Averroès de l’UOIF à Lille. Aujourd’hui, il collabore avec l’association Coexister France et promeut le discours de l’organisation frériste Syria Charity. Je l’ai déjà cité dans mon article du 31 août 2015 : «Le Qatar et l’Ecole d’Allah : le cas du lycée Averroès»[23]. Face à la caméra de la chaîne qatarie al-Rayyan, et au porteur des valises de la Qatar Charity, un certain Ahmed al-Hammadi, il avait dit : «Au Lycée Averroès, il n’y avait pas seulement une vie estudiantine … Il y avait pas mal d’activités autres [concernant] la responsabilité du citoyen français musulman. Elle est énorme […]. Aujourd’hui, on vit dans un monde où la défiance envers l’islam est extrêmement grande» Et de conclure : «Nous sommes un peu les ambassadeurs de l’islam en France, en Europe et en Occident»[24]. Ces jeunes sont-ils les ambassadeurs des Frères musulmans auprès d’Emmanuel Macron et de son mouvement ? Question légitime.

 

8.png

7- Fatima Jenn ou le lobbying pro-Qatar !

« Certains diront peut-être qu’il s’agit de clientélisme. Hé bien, tant pis, j’assume ! »[25] Ceci est le propos exact tenu par la franco-marocaine Fatima Jenn, conseillère départementale du Canton de Mulhouse 2 et adjointe au maire de Mulhouse. Elle l’a tenu, en mars 2016,  face au journaliste Emmanuel Delahaye du journal l’Alsace, en marge de la création du Cercle Martin-Luther-King (Centre MLK) : une structure associative qui se veut être « moitié cercle de réflexion, moitié lobby assumé »[26], dit-elle. Elle définit son cercle comme étant « le réseau de tout ceux qui n’en ont pas »[27]. Cela rappelle curieusement l’appel de Tariq Ramadan du 4 mai 2015, à créer un «contre-lobby», pour contrer, dit-il, «des lobbys très puissants, intégristes laïcards, ou pro-sionistes». Quelle idée de la République !

13.png

Fatima Jenn est surtout le relais du candidat Emmanuel Macron à Mulhouse. Le 6 mars dernier, elle a lancé le comité local «Mulhouse Alsace Agglomération Nord» du mouvement «En Marche !», une semaine après avoir parrainé, en sa qualité de conseillère élue au Département du Haut-Rhin, le candidat Macron. Pour créer ce comité, elle a publié, sur sa page Facebook, un message invitant ses contacts et amis, ceux qui lui font confiance, dit-elle, à la rejoindre pour «avancer ensemble» !

En effet, ce message public a été adressé particulièrement à 75 personnes. Parmi lesquelles, deux noms, au moins, suscitent l’interrogation voire l’étonnement : Mokhtar Seriket[28] et Mostafa Aydogan[29]. Les deux sont des cadres influents de la mouvance des Frères musulmans, inféodés, l’un et l’autre, à l’axe Doha-Ankara : le premier est membre de l’UOIF, responsable du projet «Académie des talents» au sein du «Département Education» de la mouvance[30]. Le second est le secrétaire général de la branche française du réseau turc TÜMSIAD[31]-[32] (Union des industriels et entrepreneurs turcs en France) — un peu comme la MEDEF — très proche du président Recep Tayyip Erdogan[33].

 

15.png

Toutefois, la proximité de Fatima Jenn avec les islamistes turcs ne datent pas d’hier. Déjà en mai 2011, elle a participé effectivement, à côté d’une délégation du créationniste turc, connu en France sous le nom de Harun Yahya, pour promouvoir «l’effondrement de la théorie de l’évolution»[34] ! Pour ceux qui ne le connaissent pas, Harun Yahya — Adnan Oktar de son vrai nom[35] — est un prédicateur créationniste qui avait envoyé en 2006/2007, depuis la Turquie, à destination de nombreux établissements scolaires français, plusieurs centaines d’exemplaires de son encyclopédie «Atlas de la création», un ouvrage antidarwinien de plus de 800 pages. A l’époque, le Ministère de l’Éducation Nationale avait alerté les recteurs d’Académies pour que cet ouvrage n’apparaisse pas dans les établissements[36].

 

16.png

Par ailleurs, multipliant les apparitions à côté de personnalités du champ religieux islamique, on voit ici Fatima Jenn tendre l’oreille à Ahmed Taoufiq, le ministre marocain des habous et des affaires islamiques. On la voit ailleurs à côté de Mohammed Moussaoui, ex-président du CFCM (Conseil français du culte musulman). Mais elle va encore au-delà de ces personnalités de l’islam officiel, jusqu’à s’afficher, en novembre 2012, à côté des frères musulmans Samy Debah (alors porte-parole du CCIF et actuellement candidat aux prochaines élections législatives) ; à côté de Soufiane Meziani, représentant le CMF de Nabil Ennasri et actuellement professeur au Lycée Averroès, celui-là même qui veut « en finir avec la démocratie française »[37] ; et à côté  d’un certain Abdallah Thomas Milcent, ce docteur «au chevet des voilées»[38] dixit Libération. Au milieu de cette coalition — à laquelle on rajoute quelques personnalités représentant d’autres religions — Fatima Jenn a participé à la conférence «l’islamophobie, parlons-en !» organisée par l’association AMAL (Association des musulmans d’Alsace) : la voix officielle des Frères musulmans de l’UOIF à Mulhouse. Est-ce un accident de parcours ? Je ne le pense pas. Même pas une seconde, voici pourquoi :

 

17.png

En effet, les relations entre Fatima Jenn et l’association frérosalafiste AMAL sont très fortes. Un enjeu majeur pourrait expliquer cette liaison dangereuse. Il s’agit de la construction du Centre An-Nour[39] de Mulhouse : «un palais pour l’UOIF»[40] comme le décrit Rachel Binhas dans Valeurs Actuelles. Il s’agit du plus grand centre des Frères musulmans dans toute l’Europe. Dans son livre «La République française du Qatar» (Fayard-2015), la journaliste Bérengère Bonte lui consacre trois pages, relatant ses échanges avec l’ambassadeur du Qatar, trop gêné, autour du financement de ce grandissime centre islamiste, situé dans un endroit stratégique, au carrefour de la Suisse, la France et l’Allemagne, et qui aurait coûté au moins 22 millions d’euros, financé en grande partie par la Qatar Charity : cette soi-disant organisation humanitaire, soupçonnée par les services américains, entre autres services, de financer le terrorisme internationale, depuis Oussama Ben Laden.

 

18.png

Dans son livre «Résistance !» (Seuil-2016), le journaliste Antoine Peillon décortique l’hydre financière des Frères musulmans en France et en Europe et plus particulièrement, le poids stratégique et financier de la Qatar Charity. J’en parle aussi longuement dans «Le Qatar et l’Ecole d’Allah»[41]. Mais il n’y a pas que l’argent qatari qui finance les islamistes proches de Fatima Jenn. Dans le cadre de cette enquête, j’ai découvert dernièrement, que la soi-disant partie culturelle de ce centre a été financée entièrement par la fille d’un certain Yacoub Youssef al-Hamad, l’ex-président du conseil d’administration de la banque nationale koweïtienne[42] !

En septembre 2012, Fatima Jenn a assisté, à proximité immédiate du frère musulman Mahfoud Zaoui, le président d’AMAL, et de Jean Rottener, maire LR de Mulhouse, pour présenter devant un parterre de citoyens le projet de construction de ce centre frérosalafiste. Quatre ans plus tard, l’année dernière, pendant le Ramadan, Jean Rottener et Fatima Jenn ont assisté à un iftar (repas de rupture de jeûne) organisé par l’association AMAL. Cette présence est désormais immortalisée par une vidéo dans laquelle, la représentante d’Emmanuel Macron à Mulhouse — pouvant peut-être bénéficier d’une investiture pour le Palais Bourbon, qui sait ! — disait tout ce qu’elle pensait de ce centre, porteur selon ses dires, de «lumière». Fatima Jenn dit clairement et insiste sur le fait qu’elle soutient ce centre et remercie chaleureusement l’association AMAL, c’est-à-dire Les Frères musulmans[43]. Quant à Jean Rottener, il a juste expliqué les raisons de sa présence à cet Iftar[44]. Fatima Jenn a aussi prononcé, toujours en 2016, un discours lors d’un gala organisée par AMAL[45]. Pas de lien avec l’UOIF ? Mais qui pourrait croire à cette fable !

14.png

8- Fatima Jenn et ses lieutenants !

Force est de constater que son «clientélisme assumé» et son «lobbying » décomplexé l’ont conduit à s’entourer d’islamistes redoutables qu’elles soutiennent et avec qui, à l’ombre d’Emmanuel Macron, elle aimerait peser politiquement. Dans son aventure, elle s’accompagne de fidèles jeunes lieutenants. Son cercle MLK semble lui fournir les ressources humaines nécessaires. Deux profils intéressants et relativement expérimenté — plus d’expériences qu’un Emmanuel Macron — sortent du lot : Anouar Sassi et Aziz Senni.

 

20.png 

21.png

Le premier, Anouar Sassi[46], est une étoile montante de l’islam politique, ex-responsable au sein de l’exécutif de l’association AMAL, ex-adjoint au maire de la commune de Pfastatt (68120) et candidat (suppléant) de l’UDI à Mulhouse, lors des dernières élections départementales[47]. Lui aussi a rejoint le mouvement «En Marche !» depuis le début. Il explique les raisons de cet engagement, dans un entretien accordé au site MeltingBook[48], répondant aux questions de Nadia Henni-Moulay.

Le deuxième est l’entrepreneur Aziz Senni[49] dont l’ascension politique est remarquable. Militant de la LICRA, il est aussi membre fondateur de l’UDI. Depuis 2015, il occupe un poste de direction au sein de la MEDEF, en tant que vice-président de la commission nationale «Dynamique Entrepreneuriale»[50]. Aziz Senni fait parti aussi des invités habituels de l’UOIF. Il semblerait que cela commence à lui causer quelques brimades, à tel point qu’il s’est senti obligé de s’en justifier, face à ceux qui pourraient penser qu’il serait «extrémiste». Il avoue dans un court texte, je cite : «Je participe régulièrement au congrès de l’UOIF» et conclut en disant : «Qui a dit que c’était simple d’être Humaniste, défenseur de causes justes, militant de l’ouverture, du dialogue, de la découverte de l’Autre?»[51]. Je ne sais pas si l’humanisme est compatible avec l’islamisme qui refuse, d’entrée de jeu, de reconnaitre la liberté de conscience et l’égalité homme-femme, entre autres. Bref, le 15 avril 2017, il est intervenu au rassemblement controversé de l’UOIF au Bourget. Le 21 avril, il a annoncé qu’il va voter Emmanuel Macron, dès le premier tour, comme Noureddine Aoussat, et il a invité les français à faire de même.

 

19.png

En somme, le profil de Fatima Jenn ne peut que susciter des interrogations légitimes quant au sens de son engagement citoyen et politique. Par conséquent, son «lobbying», est-il compatible avec une certaine idée de la démocratie française et de la République laïque, ne reconnaissant aucun lobby, aucune communauté organisée, si ce n’est la communauté nationale, une et indivisible ? Son «clientélisme», en soutien et à l’ombre des Frères musulmans, est-il admissible dans le cadre de l’égalité républicaine et d’une certaine idée de l’humanisme et des libertés et droits humains fondamentaux ?

Elle dit s’inspirer du modèle américain pour combattre les discriminations mais elle oublie un détail, qui n’en est pas un, que les modèles sociétaux américain anglo-saxon et français ne sont pas de même nature : l’un reconnait le multiculturalisme et ses lobbys, l’autre reconnait la communauté nationale et ses citoyens libres et égaux. Peut-on combattre les discriminations existantes par une discrimination dite «positive» ? Elle dit avoir «fait un rêve» américain, en reprenant la célèbre citation de Martin-Luther-King. Emmanuel Macron, va-t-il l’aider à le réaliser ? Un rêve qui profitera, in fine, sans l’ombre d’un doute, aux Frères musulmans.

 

22.png

9- Que faire le 7 mai ?

J’entends depuis l’annonce des résultats du premier tour des injonctions par-ci, des insultes par-là. Je n’ai jamais vu une telle violence dans les propos, à la veille d’une élection majeure. Comme si le bien était d’un côté et le mal de l’autre. Une binarité simpliste qui n’augure rien de bon pour l’avenir du débat contradictoire et complexe dans une société, la nôtre, demeurant déboussolée par des crises économiques, sociales, identitaires doublées de menaces réelles de toutes ces violences islamistes qui surgissent, ici où là, causant la mort et condamnant la République à être en état d’urgence. Comme si, après une campagne électorale calamiteuse, Emmanuel Macron était de facto «le» candidat légitime pour présider la France, durant les cinq prochaines années.

Ses électeurs, respectables et respectés, constatant son relatif modeste score au premier tour d’une élection qui n’a pas livré ses secrets — le ferait-elle un jour ? — semblent être décidés, au nom de grands principes, à culpabiliser tous les autres humanistes, qui ne partagent pas leurs avis et qui ne veulent voter ni pour Macron, ni pour Le Pen. Pour ce faire, le vote «ni-ni» est considéré comme étant favorable à Marine Le Pen. Pourquoi ne serait-il pas favorable à Macron ? Mais cela n’est pas la vraie question.

00.png

Pour culpabiliser ceux qui refusent les postures de «moutons» et de «castors», on sort l’argument de l’antisémitisme, du nazisme et l’autre argument relatif à la Russie de Poutine, entre autres. Comme si un antisémitisme constaté chez des proches de Marine Le Pen serait beaucoup plus dangereux qu’un antisémitisme structurel avéré, constaté chez des proches islamistes d’Emmanuel Macron. Où est la cohérence ? Où sont la justice et la justesse dans le jugement ? La haine du juif, parce qu’il est juif, ne mériterait pas la même condamnation ferme et inconditionnelle selon qu’elle soit exprimée par un proche de Le Pen ou par un proche de Macron ?

Par ailleurs, l’islamisme, qui a détruit des pays et des civilisations millénaires au Proche-Orient comme en Afrique serait-il devenu, le temps des présidentielles, compatible avec les valeurs et les idéaux démocratiques et humanistes ? Quid des liens entre islamisme et nazisme ?

Que dire de cet épouvantail nommé la Russie de Poutine ? Est-il plus (ou moins) nocif, pour la stabilité de la République, qu’une servitude volontaire à la Turquie d’Erdogan ou aux monarchies pétrodollars, l’Arabie-Saoudite et le Qatar, et à leur volonté affichée de contrôler l’islam et la communauté de foi musulmane en France, via leurs agents frérosalafistes, leurs ONG, à travers une stratégie Soft Power assumée et financée, devant laquelle la France de Sarkozy, la France de Hollande-Macron se sont prosternées ?

Le combat contre l’islamisme est, pour beaucoup, un combat secondaire. Soit. Mais ce n’est pas mon avis, car là où l’islamisme s’implante, la paix devient un mirage. Un rêve fragile. Les violences se banalisent. Les libertés fondamentales et les droits humains reculent, petit-à-petit, mais reculent pour disparaître à jamais. Quand j’observe l’arrière-plan, derrière la candidature d’Emmanuel Macron, je vois certaines choses s’organiser. L’islamisme tente d’obtenir ici en France ce qu’il n’a pas pu atteindre dans bien d’autres pays. Ils sont là, derrière les rideaux de fumée, avec leur idéologie de conquête, leur antisémitisme décomplexé mais masqué, leur haine de l’autre, leur détestation de la laïcité, de la République, leur volonté d’asservir des esprits, des corps et des espaces, leurs structures de lobbying et d’entrisme. Ils sont venus de divers chemins pour rejoindre «En Marche !», en direction du  Tamkine.

Peu importe que, par le passé récent, ils ont infiltré des formations politiques de gauche, du centre ou de droite. Ils ont même tenté de placer des «frères» au Front National, à l’image d’un certain Camel Bechikh[52]. Aujourd’hui, c’est cap sur Macron. Leurs intérêts y sont. Ils ont fait comme ce que le prophète Jacob (Israël), le père du prophète Joseph, avait demandé à ses fils, selon le récit coranique, d’accéder à l’Égypte par diverses portes : «Ô mes fils, n’entrez pas par une seule porte, mais entrez par portes séparées» (Coran, 12, 67). Ils ont diversifiés les portes politiques d’accès au cœur de la République.

Si Macron est élu président, tout laisse à penser qu’ils gagneront en poids, en efficacité, surtout à destination des jeunes. Affaiblis au Caire et dans d’autres capitales arabes, ils comptent rebondir à Paris. Leur contre-projet de société semble être parfaitement compatible avec une certaine conception de la société française chez Emmanuel Macron. Ils vont voter massivement pour lui. Je ne ferai pas de même, à moins que le candidat d’ «En Marche !» prenne position claire et rende publique la liste intégrale de ses candidats aux législatives, avant le second tour. Pour l’instant, je ne voterai ni pour lui, ni pour Marine Le Pen. L’histoire jugera. L’histoire me jugera. Je me remettrai à son jugement, librement.

 

Notes bibliographiques :

[1] Lire ici : http://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-macron-mohamed-saou-est-un-type-bien-malgre-de-trucs-plus-radicaux-15-04-2017-2120004_20.php

[2] Lire ici : http://www.islamophobie.net/articles/2017/04/10/eviction-de-mohamed-saou-le-ccif-interpelle-le-candidat-emmanuel-macron

[3] Lire ici : http://www.lavoixdunord.fr/137762/article/2017-03-25/un-comite-denaisis-ostrevant-se-met-en-marche

[4] Lire ici : http://www.lci.fr/elections/qui-sont-les-14-candidats-aux-legislatives-dont-emmanuel-macron-et-en-marche-ont-devoile-les-noms-apres-l-emission-politique-2044225.html

[5] Lire ici : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/04/27/97001-20170427FILWWW00377-legislatives-en-marche-espere-boucler-sa-liste-de-candidats-rapidement.php

[6] Lire ici : http://www.lexpress.fr/actualite/politique/egalite-et-justice-le-parti-communautariste-islamo-turc-qui-se-lance-aux-departementales_1658413.html

[7] Lire ici : http://www.uoif-online.com/communiques/communique-appel-a-mobilisation/

[8] Lire ici : http://www.uoif-online.com/communiques/elucubrations-de-madame-pen/

[9] Lire sa charte ici : http://www.uoif-online.com/wp-content/uploads/2017/04/CHARTE-MUSULMANS-DE-FRANCE-15.04.17.pdf  et mon décryptage ici : https://www.facebook.com/mohamed.louizi/posts/10213024115302508

[10] Lire ici : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/04/24/97001-20170424FILWWW00147-la-grande-mosquee-de-paris-appelle-a-voter-massivement-macron.php

[11] Voir ses deux profils Facebook ici : https://www.facebook.com/noureddine.aoussat.fr?fref=ts et ici : https://www.facebook.com/Pr-Noureddine-Aoussat-625501177597820/?fref=nf

[12] Voir ici :https://www.youtube.com/watch?v=okQ_lSLWsY8

[13] Lire ici : https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=824937370987532&id=625501177597820

[14] Visionner la vidéo ici : https://www.youtube.com/watch?v=TQn9FSmkDT4

[15] Lire ici : https://blogs.mediapart.fr/noureddinea/blog/280117/pr-noureddine-aoussat-pourquoi-voter-contre-valls-ce-dimanche

[16] Lire ici : http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/10/17/31001-20161017ARTFIG00143-islam-immigration-quand-hollande-dynamite-les-restes-de-la-gauche-morale.php

[17] Lire ici : http://www.lavoixdunord.fr/region/oignies-pour-eux-la-meilleure-facon-de-marcher-c-est-ia34b0n3648500

[18] Ici la page Facebook du Club Hessel : https://www.facebook.com/clubHessel/?fref=ts

[19] Lire son portrait ici : http://www.ikhwan.whoswho/blog/archives/8631

[20] Lire ici : https://medium.com/@LesJeunesBayrou/appel-%C3%A0-fran%C3%A7ois-bayrou-pr%C3%A9sentez-vous-60478c707dd6

[21] Lire ici : http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/02/20/35003-20170220ARTFIG00215-francoisbayrou-candidat-imminent-a-la-presidentielle.php

[22] A lire ici : http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170313.OBS6485/100-membres-des-jeunes-avec-juppe-apportent-leur-soutien-a-emmanuel-macron.html

[23] A lire ici : https://www.youtube.com/watch?v=M5POln_9IgE&list=PLNI-cJa63vBKoG45DxBO3xGBNkwPmjuyq&index=7

[24] Visionner l’émission ici, le propos, en français, de Yaman Mahfoud se situe vers 21’17’’ : https://www.youtube.com/watch?v=M5POln_9IgE&list=PLNI-cJa63vBKoG45DxBO3xGBNkwPmjuyq&index=7

[25] Lire ici : http://www.fatimajenn.fr/citoyennete/ et ici : http://www.lalsace.fr/haut-rhin/2016/03/18/fatima-jenn-lance-le-cercle-martin-luther-king

[26] Ibid.

[27] Ibid.

[28] Voici son profil Facebook : https://www.facebook.com/mokhtar.seriket.9?lst=1381176366%3A555546739%3A1493353682

[29] Voici son profil Facebook : https://www.facebook.com/Mustafa.Aydogan82

[30] Voir ici : https://www.youtube.com/watch?v=GpiUd2qVjwY

[31] Voir ici : http://www.tumsiad.fr/fr/news.asp?ID=43

[32] Voir ici : http://www.tumsiad.fr/fr/

[33] Voir ici (en turc) : https://www.youtube.com/watch?v=Q3Flx7cqxto

[34] Sa photo figure en bas ici : http://darwinamenti.canalblog.com/archives/2011/05/30/21264376.html et ici : http://m.harunyahya.fr/tr/Impact-Harun-Yahya/119293/Conf%C3%A9rence-De-Harun-Yahya-%C3%A0-Mulhouse

[35] Lire ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Adnan_Oktar#cite_note-13

[36] Lire ici : http://www.lemonde.fr/societe/article/2007/02/03/un-ouvrage-turc-antidarwinien-diffuse-en-masse-aupres-de-l-education-nationale_863228_3224.html?xtmc=harun_yahya&xtcr=3

[37] Lire ici : http://www.saphirnews.com/En-finir-avec-la-democratie-francaise_a22213.html

[38] Lire ici : http://www.liberation.fr/societe/2004/04/08/le-docteur-milcent-au-chevet-des-voilees_475370

[39] Voir ici (en français) : http://centre-annour.fr/fr/ et ici (en arabe) http://centre-annour.fr/ar/ Attention : les deux versions ne donnent pas les mêmes informations. Dans la version arabe, la liste des ceux qui soutiennent ce centre peut dresser surprendre !

[40] Lire ici : http://www.valeursactuelles.com/mulhouse-un-palais-pour-luoif-63874

[41] Lire ici : https://blogs.mediapart.fr/mohamed-louizi/blog/310815/le-qatar-et-l-ecole-d-allah-le-cas-du-lycee-averroes

[42] Voir ici : https://www.facebook.com/centre.annour.ar/photos/a.993162420745755.1073741828.993141847414479/1000417283353602/?type=3&theater

[43] Voir ici : https://www.youtube.com/watch?v=IWK51DQYj5g

[44] Voir ici : https://www.youtube.com/watch?v=3Ls9YwxeSPw

[45] Voir ici : http://www.fatimajenn.fr/intervention-gala-de-lassociation-musulmans-dalsace/

[46] Son profil Facebook ici : https://www.facebook.com/annouar.sassi?fref=ts

[47] Voir ici : https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1568989519986337&id=1559445654274057

[48] Lire ici : https://www.meltingbook.com/annouar-sassi-clivages-gauche-droite-nont-produit-affrontements-steriles/

[49] Voir son profil Facebook ici : https://www.facebook.com/aziz.senni?fref=ts

[50] Voir son profil ici : http://azizsenni.fr/Biographie-Aziz-Senni.pdf

[51] Lire ici : http://azizsenni.fr/la-critique-est-facile-lart-est-difficile-6585.asp

[52] Lire ici : https://www.marianne.net/politique/un-collectif-du-fn-tourne-une-emission-avec-un-membre-de-l-uoif


Actions

Informations



19 réponses à “Présidentielle : Emmanuel Macron, otage du vote islamiste ?”

1 2
  1. 6 05 2017
    Poliakov (17:23:14) :

    Lénine, camarade Vladimir Ilitch, avait raison sur un point important, :

    Les religions sont l’opium des peuples.

  2. 28 05 2017
    libert (01:16:16) :

    bonjour, je découvre votre article avec stupéfaction ! un des candidats aux législatives ne soutient pas du tout la république en marche mais un autre parti depuis une dizaine d’année et sous lequel il candidate. ceci me laisse penser que sur les autres candidats vous mentez également.

  3. 28 05 2017
    Mohamed LOUIZI (13:08:41) :

    Bonjour « libert », je découvre votre commentaire avec stupéfaction. Vous m’accusez de mentir et vous ne dites pas où ces supposés mensonges pourraient être décelés. Vous parlez d’un candidat et vous ne donnez ni son nom ni le nom de son parti. S’il y a une différence entre nous deux, c’est que je suis précis et factuel et que vous ne l’êtes pas (au moins dans votre commentaire), un effort ! Je crois que vous faîtes allusion à un candidat d’EELV (Jamal Oufqir) dont la photo apparait sur cette page. A aucun moment je n’ai écrit qu’il soutiendrait Macron ou « En Marche ! ». A aucun moment, je n’ai écrit qu’il serait candidat aux législatives de LREM !

    Il me semble que vous n’ayez lu cet article que partiellement et en diagonale sans faire attention à des formes de styles, à l’usage du conditionnel pour exprimer des hypothèses et que sais-je d’autres. Il me semble que vous n’ayez pas bien lu le paragraphe « 2-Cap islamistes vers les législatives ? ». Relisez-le attentivement vous comprendrez bien mon propos et certainement vous regretterez votre conclusion hâtive. Relisez au moins ce paragraphe, je me cite :

     » [...] En attendant, ce qui est certain, c’est que des candidats pour les législatives, notoirement islamistes, soutenant Macron ou pas, sont déjà dans les starting-blocks, ici où là. Ils sont jeunes adultes, issus de la frérosphère et s’appellent : Yassir Louati, Jimmy Parrat, Jamel Oufqir, Hanan Zahouani, Abdelkrim Marchani, Samy Debah, etc. D’autres candidats issus du parti islamo-turc, le «Parti Egalité et Justice», proche de l’AKP d’Erdogan, pourraient présenter des dizaines de candidats, revendiquant leur communautarisme, comme aux départementales de 2015[6]. Par conséquent, le risque de voir quelques islamistes occupés des sièges au Palais Bourbon, au nom de la diversité, lors de la prochaine législature, est bien réel. «En Marche!», comme d’autres formations, pourrait leur offrir cette opportunité tant rêvée, tel un Cheval de Troie qui s’ignore dans la complaisance [...] » Fin de citation. Relisez cette phrase : « soutenant Macron OU PAS » !!! Donc, cher lecteur, dans cette liste, il n’y a pas que ceux qui soutiendraient Macron, mais tous ces islamistes qui rêvent d’un siège au Palais Bourbon.

    Si vous ne savez pas lire, faites un effort, et surtout ne masquez pas votre incompréhension par ce genre de procédés rigolo :) !

    Cordialement, Mohamed.

  4. 13 06 2017
    Nordiste (16:18:41) :

    Bonjour,
    J’espère que cette fois-ci vous ne me censurerez pas.
    Je me suis efforcé de lire votre article jusqu’au bout et franchement que de banalités mon cher Monsieur. Quel intérêt de se donner des airs de journaliste d’investigation quand votre article est un amas d’infos et de captures d’écran de réseaux sociaux.
    Votre pseudo-démonstration n’a ni queue ni tête et je vous encourage à reprendre le chemin de l’université pour reprendre quelques cours de sociologie, puissent-ils vous aider un peu à structurer vos démonstrations.
    Avec une argumentation de ce type, chacun de vos lecteurs pourraient l’appliquer à des centaines de « groupes » et pour tous les partis politiques. Si vous aviez un minimum d’honnêteté intellectuelle, vous constateriez simplement que le macronisme est un aggrégateur de tout un tas de profils dont d’anciens ou courant militants musulmans mais aussi des tas d’autres profils…de là à dire qu’il y a un complot d’infiltration islamiste du mouvement, il faut quelques doses de psychotropes.

  5. 14 06 2017
    Mohamed LOUIZI (00:25:53) :

    Cher « Nordiste »,

    Hélas, les faits sont têtus ! L’infiltration islamiste est un fait. J’en sais quelques choses :) . Lisez mon essai « Pourquoi j’ai quitté les Frères musulmans », vous verrez que des documents et des preuves matérielles démontrent la réalité de cette volonté d’entrisme islamiste pour influencer et, à terme, dominer. Vous aurez des preuves concernant la mouvance FM, à l’internationale, sa branche européenne, sa branche française et j’en passe. Il y a aussi toute une explication des phases de cette stratégie qui a fonctionné dans bien des pays arabes : Soudan, Égypte (avec Morsi), Qatar (depuis plus de 50 ans), Tunisie, durant une période, … Concernant le « macronisme », pour l’instant il demeure un OVNI. Et ce n’est que du pain béni pour les islamistes qui tenteraient de l’influencer dès le début, en l’absence d’un squelette idéologique qui pourrait le consolider. Sinon, ne soyez pas dans l’insulte ! Vous n’êtes pas d’accord avec ce que j’analyse, c’est votre droit ! Ayez au moins la gentillesse de me faire entendre vos idées d’autant plus que vous êtes protégés par un pseudonyme : la marque de l’audace disait mon maître !

    Cordialement, Mohamed.

  6. 14 06 2017
    Nordiste (01:38:43) :

    Cher Mohamed,

    Tout le problème est que nous n’avons pas la même définition de preuves et c’est là le drame dans vos écrits. La preuve ne consiste pas à juxtaposer un certain nombre de faits et informations pour forcer un soi-disant lien. C’est flagrant dans votre tentative de lien entre militants islamistes et macronisme et c’est également flagrant dans vos écrits sur la confrérie des FM en Europe. Vous ne pouvez pas comparer des mouvements fréristes comme En Nahda en Tunise ou les FM en Egypte qui se revendiquent comme des forces poltiques de l’opposition depuis la Nuit des temps avec des organisations islamistes européennes qui ne sont absolument pas sur ce terrain, combien même certains de leurs militants revendiquent tout ou partie de l’idéologie frériste. Vous avez été dans ces organisations et vous ne pouvez pas nous dire qu’il y a un agenda d’islamisation ou de véléité de pouvoir politique dans des organisations aussi désorganisées qui peinent à peine à gérer leurs lieux de culte. Que vous puissiez critiquer ces organisations c’est bien évidemment votre droit mais de là à en faire le danger imminent menaçant notre pays, vous y allez un peu fort et vous le savez très bien. Je trouve en effet dommage que vos efforts ainsi que de ceux qui tiennent votre discours ne se portent ce qui constituent véritablement un danger pour notre pays avec l’islam radical, le salafisme piétiste ou non piétiste et toutes ces idéologies souhaitant mettre une barrière entre les citoyens et au sein même de leur communauté de foi… Je ne vous ai pas lu, ou peut-être cela m’a échappé, « enquêter » sur des mosquées prêchant ce discours de haine. Vous devez être servi dans le Nord. Il y en a quelques unes en région parisienne aussi et sûrement ailleurs. C’est dans ces lieux que de véritables bombes à retardement naissent. S’il y a une priorité, me semble-t-il, pour tous ceux qui aspirent à préserver l’intérêt supérieur de la Nation, c’est de combattre ces prêcheurs de haine.
    Cordialement

  7. 17 06 2017
    Mohamed LOUIZI (15:15:28) :

    Cher Nordiste,

    Merci de votre réponse ! Justement, le sens de mes écrits c’est d’inviter à élargir le spectre de l’analyse de l’islamisme en France et en Europe. C’est une grave erreur que de se focaliser uniquement sur les salafistes, tout courant confondu, et par la même, négliger ou sous-estimer les dangers de l’autre face de la monnaie islamiste, à savoir l’hydre des Frères musulmans.

    J’habite à Roubaix, la première ville salafiste de France. Roubaix est une ville de la métropole lilloise qui est aussi la première métropole où les Frères musulmans (UOIF) sont les plus « puissants » et les plus « influents ». L’actuel président de l’UOIF, Amar Lasfar, et une bonne partie de son staff national sont lillois. Le même Amar Lasfar défend le salafiste Abou Houdayfa (de Brest) et voulait organisait une conférence commune avec lui, l’année dernière dans une mosquée roubaisienne dont l’imam n’est autre qu’un lauréat du Lycée Averroès gérée par Amar Lasfar et son équipe.

    Mon travail consiste à démontrer qu’entre salafisme et frérisme, les seules différences sont purement d’ordre morphologique. Le fond est le même. Les visées aussi. J’irai plus loin pour dire que la différence entre les Frères musulmans et Daesh est une différence de degré et non de nature. Une différence de tactique et non de stratégie.

    Je pourrais conclure avec ceci : « Les Frères musulmans sont le bras politique du jihadisme. Le jihadisme est le bras armé des Frères musulmanes ». Lisez l’Épître du Jihad d’Hassan al-Banna que j’ai traduit dans mon essai, vous comprendrez aisément l’aveu de Youssef al-Qaradawi qui confirmait que Abou Bakr al-Baghdadadi, le calife de l’EI était Frère musulman, comme le palestinien Abdallah Azzam, le maître d’armes d’un certain Oussama Ben Laden !

    Cordialement, Mohamed.

  8. 23 06 2017
    Nordiste (15:54:20) :

    Cher Mohamed,

    Si je vous comprends bien alors que la maison avec ses occupants est en feu, vous nous dites attention attention j’ai l’impression de sentir une odeur de brûlé derrière le cabanon du jardin, il faut donc l’aller inspecter au plus vite ??

    M. Louizi, votre positionnement est problématique car vous essayez de vous placer comme un spécialiste de l’islamisme mais vos écrits ne sauraient revêtir un caractère scientifique parce que vous avez été dans ces milieux, que vous ne vous êtes pas entendus (peut-être un euphémisme) avec certains dirigeants. Votre démarche ne peut être vue que soit comme un témoignage soit un désir de vengeance. Dans tous les cas, votre position vous met en dehors du champ de l’objectif, du sociologique et scientifique.
    Or vous jouez sur l’ambiguïté et induisez donc en erreur vos concitoyens qui pensent avoir affaire à un spécialiste de la question.

    Tant que vous ne sortirez pas de cette obstination de vengeance personnelle et que vous ne saurez vous définir dans l’espace public autrement que contre la mouvance frériste, vous aurez du mal à faire passer vos idées.

  9. 23 06 2017
    Mohamed LOUIZI (23:38:28) :

    Cher Nordiste,

    J’aurais aimé vous demander de décliner votre vrai identité pour savoir à qui j’ai affaire, mais passons ! Le courage n’a pas besoin de titre universitaire. Quand vous dites « Tant que vous ne sortirez pas de cette obstination de vengeance personnelle », vous m’intenter un procès d’intention. Au moins ayez l’obligeance de respecter vos propres leçons. Intenter un procès d’intention à autrui pour discréditer ce qu’il raconte et déplacer le débat vers la sphère affective et émotive n’a rien de scientifique. C’est juste un procédés usé et utilisé par ceux qui, face à l’évidence du factuel, osent une fuite en avant en jouant aux apprentis psy. Il me semble que la vengeance est un plat qui se mange froid. Si je vous dis, et peut-être vous le savez déjà, que j’ai quitté les Frères musulmans en 2006 et là, nous sommes en 2017, le plat ne serait pas que froid. Il est surgelé :) . Soyons un brin sérieux, vous ne trouverez nulle part que j’ai prétendu que je suis « spécialiste » de l’islamisme. J’ai choisi l’option/style du témoignage, qui est par définition objectivement subjectif, et j’explique les choses, toujours avec preuves matérielles vérifiables à la source, sur la base de mon passé et ce que je sais des entrailles de cette mouvance tentaculaire. Quant à mes lecteurs, ne vous en faites pas, ils sont assez matures, grand et autonomes, pour comprendre ce que « je » raconte et d’en forger une opinion éclairée. Depuis 10 ans, il n’y a pas un seul frère musulman, un seul islamiste, qui a prouvé le contraire de ce que je raconte, y compris devant les tribunaux. Cela voudrait dire quelques choses, non ? Enfin, bien que je ne sois pas « spécialiste », j’ai le capital de l’expérience que de nombreux « spécialistes » n’ont pas. Je vous conseille de taper sur « Google Livres » mon nom et mon prénom, vous verrez que bon nombre de spécialistes prennent au sérieux mes idées, mes décryptages. Il y a même des articles dans des médias respectables et parfois spécialisées qui s’intéressent à ce que je raconte. Tout le monde n’est pas de votre avis, heureusement. Car vraiment, il y a feu dans la demeure, allumé par des pompiers-pyromanes que vous connaissez, peut-être et peut-être pas.

1 2

Laisser un commentaire




PUERI CANTORES SACRE' COEUR... |
elmoutahajiba |
Bismillah |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FIER D'ÊTRE CHRETIEN EN 2010
| Annonce des évènements à ve...
| IN CAMMINO VERSO GESÙ CRISTO