Édouard Philippe, futur Premier Ministre ?

11 05 2017
11
Par : Mohamed LOUIZI
 
Selon toute logique, le profil du futur Premier Ministre d’Emmanuel Macron devrait être compatible avec les «réformes» que le nouveau président aimerait conduire : qu’il s’agit de réformes sociales, économiques, sociétales ou autres. Un nom est désormais pressenti pour être, potentiellement, ce futur Premier Ministre. Il s’agit d’Édouard Philippe (LR), député-maire juppéiste du Havre[1]. Il est aussi ancien membre du réseau/programme franco-américain «Young Leaders». Tout comme un certain François Hollande (promotion 1996) ou même son successeur Emmanuel Macron (promotion 2012). Ce dernier connaîtrait, vraisemblablement, son potentiel futur Premier Ministre au moins depuis 2012, lorsque la promotion Young Leaders, de cette année, avait mis le cap sur Le Havre, invitée par le maire de la ville[2].
 
Il se murmure ici où là que l’un des enjeux sociétaux du quinquennat Macron serait la «réforme» du cadre constitutionnel laïc français, pour, dit-on, adapter la loi du 9 décembre 1905 à l’islam et à la tradition évangéliste — Le traitement accordé par « En Marche ! » à Manuel Valls en est un symptôme parmi tant d’autres. Là aussi, le profil du futur Premier Ministre devrait correspondre. Par ailleurs, l’on se souvient de cette étude intitulée «un islam français est possible», que l’Institut Montaigne avait publiée en septembre 2016[3]. Cette étude avait recommandé quelques orientations. Certaines vont dans le bon sens. D’autres sont très dangereuses et menaceraient l’équilibre fragile trouvé, il y a plus de 110 ans, entre État et religions. J’y reviendrai le moment venu.
Résultat de recherche d'images pour "hakim el-karoui rothschild"
 
L’auteur de cette étude est le franco-tunisien Hakim al-Karoui. Comme Emmanuel Macron, lui aussi est passé par la banque Rothschild[4], homme des réseaux d’influence « soft power », ancien à son tour du réseau franco-américain Young Leaders et qui, en 2008, avait fondé un réseau/programme similaire entre l’Europe et la Méditerranée — « Young Mediterranean Leaders » — «dont de nombreux membres sont entrés au gouvernement tunisien»[5]. Dans un document de travail (non public), de 26 pages, de l’Institut Montaigne intitulé «L’islam français : le connaître, l’organiser – Présentation des recommandations au Comité directeur de l’Institut Montaigne», datant de juillet 2016, dont je garde une copie, on trouve l’ossature du document rendu public, mais pas que !
 
Ce document non communiqué — j’y reviendrai — recommande, vers la fin, deux choses : «aggiornamento de la loi de 1905» et «extension du Concordat sur tout le territoire». Les rédacteurs considèrent que la loi de 1905 n’est plus adaptée car «conçue pour gérer un stock défini et non un flux de cultes en métropole» : remarquez comment le rapport « laïcité »/ »culte » sont approchés avec des termes marchands «stock», «flux» ! Toujours selon ce document, la laïcité pourrait «faire l’objet d’une actualisation en procédant à la «nationalisation» de tous les édifices cultuels construits entre 1905 et aujourd’hui en France, pour les soumettre au même régime juridique que les édifices cultuels antérieurs à 1905» : une nationalisation qui coûterait des milliards d’euros. Plus loin encore, ce document préconise l’ «abrogation de la loi de 1905 et la révision en profondeur de la Constitution. Création d’une politique publique religieuse prenant en charge les nouveaux cultes (notamment islam et évangélisme). La puissance publique finance, organise et contrôle ces cultes». Le coût de cette mesure est estimé à quelques 17 milliards d’euros : le multiculturalisme a un coût !
12
 
Sur cette question de la laïcité, il semble(rait) que la feuille de route d’Emmanuel Macron serait celle préconisée par l’Institut Montaigne : à confirmer. Les imprudents diraient même que cela ressemblerait à une adaptation à l’américaine du cadre laïc français : place au multiculturalisme, fin de la neutralité de l’État, accommodements raisonnables, etc. D’autant plus qu’Emmanuel Macron, Hakim al-Karoui (Institut Montaigne) et Édouard Philippe se connaissent et font partie, tous les trois, des promotions du réseau/programme franco-américain … Young Leader, à l’image d’une certaine Hillary Clinton — Young Leaders à son tour — et qui, sous la présidence Obama a tout fait pour légitimer les Frères musulmans dans le monde arabe. Peut-être, aurait-elle été influencée par sa conseillère islamiste Huma Abedin[6] ou s’inscrirait-elle dans un mouvement global et globalisant qui voit en l’idéologie des Frères musulmans un allié néolibéral-compatible. Dans son livre « Le monde ne tourne pas rond, ma petite fille » (Flammarion-2017), la journaliste Sonia Mabrouk avait mis en évidence la « confiance » et la « bienveillance » de Clinton à l’égard des islamistes tunisiens, considérant l’idéologie des Frères musulmans d’Ennahda comme étant « compatible avec la démocratie »[7] !
 
La question de la laïcité a été marginalisée lors de la campagne à la présidentielle. Elle s’imposera sans doute dans les jours et semaines à venir. Répondre à la crise économique et sociale ne peut se faire par la mise en danger de ce qui fait la stabilité de la République française depuis 1905. Une chose est certaine, la personnalité du potentiel Premier Ministre semble être relativement en accord avec une certaine vision de la laïcité. Accessoirement, certaines fréquentations d’Édouard Philippe peuvent susciter bien des interrogations — inutile de rappeler que Le Havre est un fief important de l’UOIF et de bien d’autres islamistes qui ont pignon sur rue. Par ailleurs, il y a quelques mois, le député-maire a reçu au Havre un élu frère musulman marocain, Mohamed El-Bachir Abdellaoui, du parti islamiste PJD (Parti Justice et Développement), pour signer un protocole de jumelage entre Le Havre et la ville de Tanger, où cet islamiste occupe le poste de maire[8]. Ce même El-Bachir Abdellaoui a défrayé la chronique de l’autre côté de La Méditerranée très récemment, lorsqu’il a demandé une étrange fatwa au Conseil des Oulémas — au nom de sa fonction de maire de Tanger ! — pour savoir s’il est islamiquement licite ou illicite d’ériger deux statuts d’Ibn Batouta et d’Hercule dans les rues de Tanger. Une demande plutôt salafiste radicale, pour ne pas dire «daechienne», qui a étonné ledit Conseil des Oulémas marocains [9] !
3.png
 
Ailleurs, on voit Philippe Edouard dans une photo s’entraîner avec la boxeuse Amina Zidani, qui n’est pas islamiste. Dans une autre photo, le député-maire l’a décoré pour ses exploits. La boxeuse est une star du club «DON’T PANIK TEAM», que préside le rappeur islamiste MEDINE et que gère les membres de sa famille[10]. Pour mémoire, MEDINE avait co-publié en 2012 un ouvrage intitulé «Don’t panik» avec Pascale Boniface. Habitué des rencontres des Frères musulmans de l’UOIF au Bourget, MEDINE multiplie les attaques contre la laïcité. C’est bien lui qui avait annoncé l’apocalypse antirépublicain dans son «Don’t Laïk». Il chante : «Je scie l’arbre de leur laïcité avant qu’on le mette en terre». Il appelle dans cette chanson à crucifier «les laïcards comme à Golgotha» ! Ce même terme «laïcards», on le trouve dans ce document de travail de l’Institut Montaigne précité. A la page 24, là où le comité directeur recommande un «aggiornamento de la loi 1905 », il signale un risque politique, je cite : «opposition des «laïcards» mais aussi des associations cultuelles qui n’ont pas envie d’être dépossédées de leurs bien», fin de citation.
4.png
5.png
Bien que Philippe Édouard ait parfaitement le droit de décorer une sportive havraise — en décorant indirectement, par ce biais, le club de MEDINE — ou de s’entraîner avec elle ; bien qu’il ait le droit de signer des protocoles de jumelage avec des maires (y compris islamistes) venant d’autres pays, certaines proximités étranges, ajoutées à d’autres indices troublants, peuvent susciter bien des interrogations citoyennes légitimes. D’autant plus que son éventuel futur poste de Premier Ministre exige que l’on fasse toute la lumière sur ce qu’il compte faire au sujet de la laïcité et de cet «aggiornamento» que recommande(rait) l’Institut Montaigne. Car, c’est bien de l’équilibre de la République dont il s’agit et de la place qu’elle sera donnée, ou pas, aux islamistes dans le quinquennat Macron, en marge de l’abrogation plausible de la loi de 1905.
Notes :
☆☆☆
 
[1]- Lire ici : https://www.challenges.fr/politique/brillant-froid-juppeiste-qui-est-edouard-philippe-potentiel-premier-ministre-d-emmanuel-macron_472188
[2]- Lire ici : http://archives.lesechos.fr/archives/2012/Enjeux/00294-033-ENJ.htm
[3]- A télécharger ici : http://www.institutmontaigne.org/res/files/publications/rapport-un-islam-francais-est_-possible.pdf
[4]- Lire son portrait ici : http://www.leaders.com.tn/article/1190-hakim-el-karoui-ou-l-archetype-d-une-nouvelle-generation-d-immigres
[5]-Lire ici : http://archives.lesechos.fr/archives/2012/Enjeux/00294-033-ENJ.htm
[6]- Lire ici : https://www.facebook.com/mohamed.louizi/posts/10211275780075220
[7]- Lire un extrait ici : https://books.google.fr/books?id=Gc8WDgAAQBAJ&pg=PT27&lpg=PT27&dq=sounia+mabrouk+hilary+clinton&source=bl&ots=Tg-4Gg8yYk&sig=5zlOtwElTGE1mYI9h2ogf8hA_R8&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjNoI36rufTAhXCuBoKHZ1CBpwQ6AEIYTAM#v=onepage&q=sounia%20mabrouk%20hilary%20clinton&f=false
[8]- Lire ici : https://www.opinion-internationale.com/2016/10/27/le-havre-et-tanger-se-lient-damitie-entretien-avec-les-maires-edouard-philippe-et-mohamed-el-bachir-abdellaoui_47035.html
[9]- Lire ici : http://fr.le360.ma/culture/le-maire-de-tanger-demande-une-fatwa-pour-eriger-deux-statues-116143?utm_source=Le360.ma+Mailing&utm_campaign=87d056ea45-my_google_analytics_key&utm_medium=email&utm_term=0_9a48a4e55c-87d056ea45-245773541
[10]- Lire ici : http://www.saphirnews.com/Au-Havre-Medine-met-la-boxe-feminine-a-l-honneur_a20526.html

Actions

Informations



7 réponses à “Édouard Philippe, futur Premier Ministre ?”

  1. 11 05 2017
    caroline Porteu (12:41:47) :

    Merci Mohammed de cette très intéressante analyse qui donne également un autre éclairage à l’éviction de Manuel Valls , l’un des meilleurs défenseurs du socle laic à la Française du précédent gouvernement .

  2. 15 05 2017
    Sergei (15:08:29) :

    N’importe quoi cet article ou l’art de faire dire n’importe quoi à n’importe qui en ne prenant que des morceaux de citations. Bien joué, la façon dont vous utilisez le mot islamiste très très régulièrement. Au point de l’utilisez pour précisez que quelqu’un ne l’est pas…

  3. 15 05 2017
    yas (18:51:34) :

    Bonjour, merci pour votre article.
    Il est vrai que le terme islamiste revient souvent. Mais peut-être que le terme musulman vous ne le connaissez pas.
    Et pour information les statues sont contraires à la religion d’Abraham ce n’est pas daechien.
    Merci de faire un peut plus attention.

  4. 16 05 2017
    Mohamed LOUIZI (14:35:50) :

    Merci cher Sergei de votre appréciation d’humeur ! Dire c’est « n’importe quoi », n’est pas un argument c’est juste dire : c’est n’importe quoi ! :)

  5. 16 05 2017
    Mohamed LOUIZI (15:06:26) :

    Cher Yas, sauf votre respect, je connais les deux termes : « musulman » et « islamiste ». Avant, j’étais, entre autres, « musulman islamiste ». Depuis 2006, depuis que j’ai quitté les « Frères Musulmans » et leur idéologie, je suis, entre autres, « musulman » mais plus « islamiste ». Car, figurez-vous, les deux termes ne sont pas synonymes. Si vous me lisez depuis la création de ce blog en 2007, vous comprendrez sans grande difficulté mon acception des deux termes. Pour faire bref, je dirais que : côté croyance intime, un musulman est un individu qui adhère librement et sans contrainte, à un récit de la foi, selon une ancienne tradition prophétique, rappelée et enseignée par les divers Prophètes successifs. Au nom de cette foi, elle observe, par choix libre et non par soumission, un certain nombre de règles morales et de pratiques cultuelles. Côté engagement dans la société, c’est un individu dont le comportement est l’œuvre pour le bien commun, pour la paix entre humains, pour la tolérance face à l’altérité, pour l’exemplarité, pour le désintérêt, et j’en passe. Il se peut qu’au nom de cette foi, cet individu seul, ou associé à d’autres dans un groupe, décide, au nom de ce récit de la foi, de vouloir dominer politiquement, à terme, et de faire en sorte que les règles qui gèrent sa sphère privée soient étendues pour s’imposer, par le fait, par la loi, sur la sphère publique et sur la société toute entière. Là, on n’est plus face à un « musulman » qui assume sa foi intime dans le cadre de sa citoyenneté. On est plutôt en face d’un « musulman islamiste », qui au nom d’une foi, veut imposer aux autres une loi issue de « son » référentiel religieux. Ainsi, on peut dire que tout « islamiste » est « musulman ». Mais tout « musulman » n’est pas nécessairement « islamiste ». L’islamisme est un excès de l’islam et non l’islam. L’islamisme est un projet politique. L’islam est un récit de la foi. Les islamistes veulent faire perdurer cet « islamalgame » entre « musulmans » et « islamiste », pour que leur minorité soit dissimuler dans la majorité. Mon rôle est de permettre à chacun d’opérer ces différenciations nécessaires et salutaires. L’islamisme est un contre-projet de société visant à défaire le cadre laïque pour instaurer la loi dite « religieuse ». L’islam, comme le christianisme, comme le judaïsme, comme le bouddhisme, est une foi que protège la laïcité. L’islamisme (islam politique) est à combattre idéologiquement, politiquement, financièrement et par tout les moyens pacifiques et de droit. L’islam apolitique est à protéger. Je crois que cette clarification s’impose. Enfin, l’islamisme n’est pas servi que par des islamistes mais aussi par un certain nombre d’acteurs politiques, financiers, médiatiques : « idiots utiles », ou « idiots intéressés ». Lisez les livres de : Bérengère Bonte « La république française du Qatar » ; ou de Christian Chesnot et Georges Malbrunot « Nos chers émirs, sont-ils nos amis ? » ; ou d’Antoine Peillon « Résistance ! » ; et bien sûr mon essai autobiographique « Pourquoi j’ai quitté les Frères musulmans, retour éclairé vers un islam apolitique », vous aurez des noms et des décryptages factuels. Quant à la question des « statues », il est important de préciser que l’islam n’interdit pas d’ériger une statue. Il interdit de se prosterner « religieusement » devant cette statue, quelque soit la nature de cette statue : elle peut être une pierre, une idéologie, un intérêt pécuniaire, un cheikh, un média, un président, … C’est bien l’acte de se prosterner devant des statues qui est blâmé et pas les statues en elles-mêmes ! L’interprétation daechienne wahhabite regarde le doigt quand le sage montre la lune …

  6. 17 05 2017
    AdLib (12:05:31) :

    Merci beaucoup pour cet article qui éclaire la personnalité d’Edouard Philippe et ses « étranges proximités », en effet…

    Il est tout de même « fort de café » de découvrir sur un blog que certains envisageraient de modifier la loi de 1905 – l’un des principaux totems de notre République française ! – ou de l’abroger pour suivre un rapport de l’Institut Montaigne que la grande presse se garde bien de faire connaître et de commenter ! Et qui tourne autour d’une problématique restée étonnamment absente de la campagne présidentielle comme elle le demeure de la campagne législative. Du reste, la presse reste tout aussi muette sur le devenir de Chevènement et de la mission qu’il est supposé remplir actuellement…
    Tous ces silences sont plus tristes et inquiétants qu’autre chose, car le sujet est encore loin d’être devenu l’objet d’un débat dépassionné, et les passions, lorsqu’il sera remis sur la table, ne seront que plus exacerbées par le silence actuel.

    La lecture de votre blog, pourtant, montre que le débat est possible et salutaire pour tous, encore bravo pour votre honnêteté et votre courage, vos enfants ont de la chance !

  7. 18 05 2017
    NaÏm (11:09:33) :

    Merci beaucoup pour votre analyse très objective, il est clair que la religion doit rester apolitique, au risque d’être soumis à de grave trouble, de mettre en danger beaucoup de gens et les exemples ne manque pas ( Printemps arabe, guerre civil en Algérie…), car la politique divise, et est donc complétement contraire avec la religion, comme l’islam dont l’un des buts principal est la paix et l’unité du genre humain !

Laisser un commentaire




PUERI CANTORES SACRE' COEUR... |
elmoutahajiba |
Bismillah |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FIER D'ÊTRE CHRETIEN EN 2010
| Annonce des évènements à ve...
| IN CAMMINO VERSO GESÙ CRISTO