Qatar : le compte à rebours est-il déclenché ?

5 06 2017

Qatar-Iran

En réaction à la crise préoccupante déclenchée dans le Golfe, à l’aube de ce lundi 5 juin, correspondant au 10ème jours du mois de Ramadan, voici en 7 points mon analyse à chaud :

1- Le 10 Ramadan, un tournant …

Alors qu’un séisme diplomatique secoue les pays du Golfe, ni le site officiel de l’Élysée[1], ni celui du Ministère des Affaires Étrangères n’en a parlé pour l’instant[2]. Seul l’ambassade français au Qatar a publié un communiqué dans lequel il dit suivre « très attentivement l’évolution de la situation » et dit être « en contact avec les autorités qatariennes et avec nos partenaires européens notamment ». Il invite les ressortissants français résidants dans cet émirat « à consulter régulièrement le site de l’ambassade et à suivre son compte Twitter[3]»[4].

En cause, une décision coordonnée, de plusieurs monarchies du Golfe, de rompre leurs relations diplomatiques et consulaires avec l’émirat du Qatar. Selon la SPA (Saudi Press Agency), l’Arabie Saoudite «a décidé de rompre ses relations diplomatiques et consulaires avec l’Etat du Qatar. Il a également décidé de fermer toutesses frontières terrestres, ses ports maritimes et aériens, interdire le transit sur son territoire, espace aérien et maritime, et entamer les procédures juridiques pour une entente immédiate avec les pays frères et amis et les sociétés internationales, pour appliquer la même procédure, dès que possible, pour tous les moyens de transport à destination et en provenance de l’Etat du Qatar. Et ce, pour des raisons de sécurité nationale de l’Arabie Saoudite»[5].

2- Frères musulmans : le Qatar n’a pas respecté l’accord de Riyad de 2013

Ces décisions, poursuit la SPA, en citant une source officielle, trouvent leur justification dans les «violations graves commises par les autorités de Doha, en privé et en public, au cours des dernières années, visant à briser l’unité interne saoudienne ; inciter à se rebeller contre l’état ; compromettre sa souveraineté et accueillir plusieurs groupes terroristes et sectaires, visant à frapper la stabilité dans la région Frères musulmans, Daesh et Al Qaïda ; la promotion de la littérature et des programmes de ces groupes à travers ses médias en permanence ainsi que le soutien des activités des groupes terroristes soutenus par l’Iran dans la province de Qatif, en Arabie Saoudite et dans le Royaume de Bahreïn ; le financement et l’accueil des extrémistes qui cherchent à frapper la stabilité et l’unité de la nation à l’intérieur et à l’étranger ; l’utilisation des médias qui cherchent à fomenter la sédition …»[6] !

L’Arabie Saoudite reproche au Qatar de ne pas respecter ses engagements et surtout les accords pris dans le cadre du CCG (Conseil du Coopération du Golfe) notamment le fameux «Accord de Riyad[7]» du 23 novembre 2013. Ce non respect des accords, et plus particulièrement ses liens avec les Frères musulmans, avaient déjà poussé l’Arabie Saoudite en 2014 à rappeler son ambassadeur à Doha[8].

Aujourd’hui le ton est monté sérieusement d’un cran. D’autres pays ont décidé de faire comme l’Arabie Saoudite, parmi lesquels : le Bahreïn[9], le Yémen[10], la Libye[11], l’Égypte[12], la République des Maldives[13] et surtout les Emirats-Arabes-Unis, qui, selon la SPA, «prennent cette action décisive en raison de l’absence d’engagement des autorités qataries envers «l’Accord de Riyad» pour la restauration des ambassadeurs et l’accord complémentaire de 2014». L’EAU, qui comme l’Arabie Saoudite[14], classe depuis 2014 les Frères musulmans parmi les «organisations terroristes»[15], reproche au Qatar de «poursuivre son soutien, son financement et son accueil des organisations terroristes, extrémistes et sectaires, dirigées par les Frères musulmans»[16].

3- Vers une invasion militaire ?

D’autres pays pourraient suivre, dans les heures et jours qui viennent, l’initiative saoudienne qui semble vouloir aller jusqu’au bout de ce coup de pression sans précédent. «La coalition militaire arabe, intervenant au Yémen sous commandement saoudien, a annoncé lundi l’exclusion du Qatar en raison de «son soutien au terrorisme»»[17].

Sur le marché boursier «l’indice Qatar Stock Exchange a clôturé en chute de 7,5%. Une telle baisse n’avait plus été vue depuis début 2009»[18]. Le club de foot saoudien Al-Ahli a annoncé hier la rupture de son contrat de sponsoring avec la Qatar Airways[19]-[20] dont le président a été décoré discrètement de la légion d’honneur par François Hollande[21].

Certains sites commencent déjà à évoquer la probabilité, à terme, d’une escalade guerrière[22]. Une intervention militaire contre le Qatar semble être plausible[23]. C’est aussi le point de vue d’Abdel Bari Atwan qui, dans sa chronique de ce matin, a écrit : «le Qatar est face à une invasion militaire pour changer son régime politique » et de conclure en ces termes : «le rôle qatari que nous connaissons arriverait probablement aujourd’hui à son terme, si ce n’est pas déjà le cas»[24] !

Des observateurs établissent des liens entre cette situation et le changement, en cours, de la politique étrangère américaine dans cette zone. Alors que la ligne politique de l’ex-président américain, Barak Obama, et de son administration, était plutôt favorable aux Frères musulmans dans le monde arabe, son successeur à la Maison Blanche, Donald Trump, veut marquer sa différence. Dès son élection il fait en sorte que la mouvance islamiste soit classée «organisation terroriste» par les Etats-Unis. Il y a quelques mois, le célèbre chroniquer Abdel Bari Atwan avait publié un article intitulé «Trump et les Frères musulmans»[25] où il disait : «2017 pourrait être l’année où la confrérie, l’organisation islamiste la plus ancienne et largement répandue au monde, sera criminalisée et consignée sur la liste des organisations terroristes»[26]. Et il rajouta : «À mon avis, une telle initiative ne ferait que renforcer l’aile droite du mouvement – qui est substantielle et croissante – et qui appellera alors à un recours à la violence pour contrer la répression à laquelle elle fait face»[27]. Un risque sérieux car chez les Frères musulmans le recours à la violence reste toujours une option politique.

4- La ligne Trump-May

Très récemment, le 21 mai, lors de sa visite officielle à Riyad, le président américain avait prononcé un discours dans lequel il dit vouloir combattre non seulement «le terrorisme islamiste» mais aussi «l’extrémisme islamiste» : ce qui élargit le spectre de l’islam politique à combattre. Devant les dirigeants du Golfe, il a dit : «un meilleur futur est possible si vous les chassez [parlant des islamistes, ndlr] de vos lieux de prières, de vos terres et de vos communautés»[28].

Au lendemain de l’attentat de Londres, après celui de Manchester — au-dessus duquel plane sérieusement l’ombre des Frères musulmans[29] — la Première Ministre du Royaume-Uni, Theresa May, avait utilisé presque ces mêmes termes, après son «trop, c’est trop !», pour désigner la menace islamiste dans sa globalité, et non seulement son volet jihadiste. Une position courageuse qui n’a pas plu au quotidien britannique The Guardian : journal centre-gauche, proche du Parti Travailliste de Jeremy Corbyn dont l’amitié avec les Frères musulmans n’est plus à prouver[30].

En effet, The Guardian, dans un éditorial en réponse à May, considère que pour affronter la «menace terroriste», il va falloir s’appuyer, dit-il : «sur quelques individus qui pourraient être les mieux placés pour décourager le terrorisme» ! Qui sont-ils ? The Guardian précise : «ceux qui partagent les mêmes croyances extrêmes, mais sont non-violents et opposés aux méthodes violentes». Suivez mon regard ! Puisque les Frères musulmans, en Angleterre comme en France, laissent croire qu’ils rejetteraient la violence. Ce qui est totalement faux et infondé.

The Guardian rajoute cette phrase, qui en dit long des liaisons obscures entre extrémistes islamistes et services secrets, je cite : «Les plans de Theresa May criminalisent les yeux et les oreilles dont vous avez besoin pour repérer la terreur»[31]-[32] ! On comprend mieux pourquoi des services secrets sont si inefficace dans la lutte contre la terreur islamiste.

5- L’Arabie-Saoudite veut-elle vraiment «se blanchir sur le dos du Qatar»[33] ?

Dans ce contexte régional et international très tendu, l’Arabie Saoudite veut sonner, à sa manière, la fin de la récréation. Va-t-elle aller au-delà et faire le ménage chez elle ? L’avenir le dira. Car le salafisme wahhabite, qu’elle a financé durant des décennies et aidé à se diffuser partout dans le monde, est aussi un extrémisme islamiste, pas moins dangereux que l’idéologie des Frères musulmans. Ce qui est certain, c’est que cette décision est dictée par d’autres considérations géopolitiques, relatives aux confrontations sunnites/chiites, plus particulièrement au Yémen et en Syrie. La volonté de Trump d’isoler l’Iran, en s’aidant des pays du Golfe, ne peut être négligée. Là aussi, l’Arabie Saoudite reproche au Qatar son jeu trouble/double avec Téhéran. Le «Royaume d’Arabie Saoudite a constaté l’assistance par les autorités à Doha aux putschistes Houthi [soutenus par l’Iran[34], ndlr], même après l’annonce de la coalition pour le soutien de légitimité au Yémen»[35], précise l’agence SPA.

6- L’Iran et les Frères musulmans

Ce jeu trouble est aussi une marque déposée chez les Frères musulmans qui bien qu’ils alimentent sans cesse, dans leur littérature et leurs prêches, la division ancestrale dogmatique et doctrinaire entre chiites et sunnites, ils s’agitent dans les coulisses, loin des caméras, et selon leurs intérêts politiques du moment, pour bénéficier conjointement du soutien financier des deux partis guerroyantes : ils mangent à tous les râteliers, diraient certains. Pour preuve, avant l’éclatement du conflit syrien, l’Iran finançait le pouvoir des Frères musulmans du Hamas à Gaza, en payant les salaires de la moitié des fonctionnaires du territoire palestinien[36]-[37]. Lorsque le conflit syrien a éclaté, les Frères musulmans du Hamas se sont alignés sur la position de l’axe Doha-Ankara, hostile à l’Iran et à Bachar al-Assad. Dès la chute de Mohamed Morsi et l’arrêt des soutiens venant de l’Egypte, le Hamas a cherché à nouveau à renouer avec le régime des Mollahs iraniens[38]. Depuis le 1 mai, depuis que le Hamas a déclaré dans une conférence tenue au Qatar[39] avoir modifié son «programme politique[40]», on apprend que l’Iran a conclut à nouveau un accord avec le Hamas et qu’il compte reprendre le financement des Frères musulmans palestiniens[41]-[42].

Les Frères musulmans pourraient être cette jonction utile entre l’Iran et le Qatar. Les liens entre la mouvance et les iraniens ne datent pas d’aujourd’hui. C’est bien Ali Khamenei qui a traduit une partie de la littérature islamiste du théoricien des Frères musulmans : Sayyid Qotb[43]. En 1984, l’Iran avait mis en vente un timbre commémoratif du souvenir de Sayyid Qotb[44]. Quant au frère musulman Tariq Ramadan, directeur du CILE qatari[45], il s’est illustré, il y a quelques années, par l’animation d’une émission sur la chaîne iranienne PressTV. D’ailleurs, c’est pour cette raison que le petit-fils d’Hassan al-Banna avait été limogé de son poste de «conseiller à l’intégration» par la mairie de Rotterdam[46].

Aujourd’hui, après la décision de l’Arabie Saoudite, l’Iran semble voler au secours du Qatar. Incroyable mais vrai. Déjà, il y a deux semaines, une information circulait attribuant une déclaration à l’émir du Qatar. Ce dernier aurait jugé «fortes» les liens entre son émirat et l’Iran. Le site émirati Eram News titrait, à cette occasion «Le Qatar se rapproche de l’Iran par vengeance de l’Arabie Saoudite»[47]. Comme si un nouvel axe était en train de se mettre en place, entre Téhéran et Doha. Le vice-président iranien, chargé des affaires politiques, Hamid Aboutalebi, a réagit à la décision saoudienne en ces termes : «L’époque de sanction est aussi bel et bien révolue et la rupture diplomatique, le blocage des frontières, le siège des pays, l’expulsion de la coalition ne constituent point une issue pour résoudre la crise». Et Aboutalebi de relativiser le rôle du Qatar dans son soutien à l’islamisme : « Comment est-ce possible qu’un petit pays ait pu planifier le renversement du gouvernement légal de Bahreïn, soutenir Daech et Al-Qaïda et propager l’extrémisme sur la péninsule du Sinaï et créer une fissure au sein de la coalition ?»[48]. Étrangement, le vice-président iranien ne cite pas … les Frères musulmans.

De son côté Mohsen Rezaï, le secrétaire du « Conseil de discernement du bien de l’ordre islamique » iranien, écrit aujourd’hui que «l’Arabie Saoudite veut avaler le Qatar»[49] en établissant un parallèle avec l’invasion du Koweït par Saddam Hussein en 1990.

7- Qu’en pense Macron ?

Quoi qu’il en soit, la présente décision de l’Arabie Saoudite et de ses alliés ne sera pas sans conséquences sur les pays du Golfe, du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et celle d’autres régions. Même si le Qatar décide, pour que cesse cette escalade, de rassurer «sérieusement» ses frères arabes, en se séparant de ses Frères musulmans, ces derniers trouveraient refuge en Turquie, en Iran et mêmes en Europe. Ils pourraient bénéficier de la bienveillance protectrice de certains gouvernements islamisto-compatibles, en continuant simplement à être «les yeux et les oreilles» de certains services secrets, qui espèrent combattre l’islamisme avec l’islamisme : une manière de jeter de l’huile sur le feu, ou comme le dit le proverbe brésilien : « Jeter la merde dans le ventilateur ».

Le Royaume-Uni de Theresa May, après trois attentats sanglants, semble comprendre les dangers de l’islamisme. La France, là où le Qatar bénéficie depuis Nicolas Sarkozy d’un traitement de faveur, risque d’offrir aux islamistes une place de compensation, au détriment de la sécurité nationale à moyen et à long terme. Le président Macron, va-t-il s’exprimer ? Que sera la position de la France face à cette situation explosive ?

 

Notes :
☆☆☆

[1]- http://www.elysee.fr/
[2]- http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/
[3]- https://twitter.com/FranceauQatar…
[4]- https://qa.ambafrance.org/Message-a-la-communaute-francaise…
[5]- http://www.spa.gov.sa/viewstory.php?lang=fr&newsid=1637310
[6]- http://www.spa.gov.sa/viewstory.php?lang=fr&newsid=1637310
[7]- http://onaeg.com/?p=1611383
[8]- http://www.lemonde.fr/…/l-arabie-saoudite-bahrein-et-les-em…
[9]- http://www.spa.gov.sa/viewstory.php?lang=fr&newsid=1637323
[10]- http://www.spa.gov.sa/viewstory.php?lang=fr&newsid=1637331
[11]- http://www.spa.gov.sa/viewstory.php?lang=fr&newsid=1637328
[12]- http://www.spa.gov.sa/viewstory.php?lang=fr&newsid=1637363
[13]- http://www.spa.gov.sa/viewstory.php?lang=fr&newsid=1637410
[14]- http://www.lemonde.fr/…/les-freres-musulmans-classes-organi…
[15]- http://www.lemonde.fr/…/l-uoif-classee-organisation-terrori…
[16]- http://www.spa.gov.sa/viewstory.php?lang=fr&newsid=1637362
[17]- https://www.lorientlejour.com/…/le-qatar-exclu-de-la-coalit…
[18]- http://www.ilboursa.com/…/les-tensions-au-moyen-orient-font…
[19]- https://twitter.com/ALAHLI_FC/status/871576889386815488
[20]- http://www.arabnews.com/node/1110396/sports
[21]- https://www.marianne.net/…/legion-dhonnneur-hollande-decore…
[22]- http://www.qatarinfos.net/…/doha-5-juin-2017-les-expatries…/
[23]- http://www.qatarinfos.net/…/les-saoudiens-et-les-emiratis-…/
[24]- http://www.raialyoum.com/?p=687097
[25]- Lire en anglais ici : http://www.raialyoum.com/?p=606787
[26]- http://chroniquepalestine.com/trump-declarer-guerre-freres…/
[27]- http://chroniquepalestine.com/trump-declarer-guerre-freres…/
[28]- http://www.lefigaro.fr/…/01003-20170521ARTFIG00196–ryad-tr…
[29]- http://mlouizi.unblog.fr/…/attentat-de-manchester-arena-et…/
[30]- http://www.ikhwan.whoswho/blog/archives/9091
[31]- https://www.theguardian.com/…/the-guardian-view-on-theresa-…
[32]- http://www.bfmtv.com/…/attentat-de-londres-le-guardian-crit…
[33]- https://www.marianne.net/…/soutien-au-terrorisme-l-arabie-s…
[34]- http://www.lefigaro.fr/…/97001-20150430FILWWW00341-yemen-l-…
[35]- http://www.spa.gov.sa/viewstory.php?lang=fr&newsid=1637310
[36]- https://www.challenges.fr/…/le-hamas-admet-une-deterioratio…
[37]- http://tempsreel.nouvelobs.com/…/le-hamas-admet-une-deterio…
[38]- https://www.challenges.fr/…/accule-le-hamas-veut-resserrer-…
[39]- http://www.rfi.fr/…/20170501-territoires-palestiniens-le-ha…
[40]- http://hamas.ps/…/a-document-of-general-principles-and-poli…
[41]- http://aawsat.com/…/…/اتفاق-مبدئي-لاستئناف-الدعم-الإيراني-لـ«حماس»
[42]- https://www.i24news.tv/…/146568-170530-l-iran-pret-a-renoue…
[43]- http://www.ikhwan.whoswho/blog/archives/8773
[44]- http://www.ikhwan.whoswho/blog/archives/8770
[45]- https://www.cilecenter.org/fr/message-du-directeur/
[46]- http://www.ikhwan.whoswho/blog/archives/9196
[47]- http://www.eremnews.com/news/arab-world/gcc/849612
[48]- http://www.presstv.ir/…/volutions-qataries–fin-de-lre-trib…
[49]- http://www.presstv.ir/…/Les-saoudiens-cherchent–dominer-le…


Actions

Informations



Laisser un commentaire




PUERI CANTORES SACRE' COEUR... |
elmoutahajiba |
Bismillah |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FIER D'ÊTRE CHRETIEN EN 2010
| Annonce des évènements à ve...
| IN CAMMINO VERSO GESÙ CRISTO