Jihad des tribunaux : saison 4 …

17 06 2017

Louizi-Iquioussen

Par : Mohamed Louizi

Après les deux procès pour diffamation, gagnés à Paris et à Nanterre face à Amar Lasfar — le président de la branche française des Frères Musulmans (UOIF), ; et en attendant le 4 juillet 2017, la date du troisième procès pour diffamation que Jacques Parent — ex-maire socialiste de Merville, ex-conseiller général du Nord et conseiller du « garage solidaire du Hainaut » dirigé par Soufiane Iquioussen — a intenté contre moi suite à la publication de mon article du 14 mars 2017, intitulé : La promotion de l’islamiste Iquioussen : France 2 récidive. Voici désormais la 4ème attaque judiciaire, en moins de deux ans, que l’islamisme et ses soutiens décident d’engager contre mes écrits, presque à la dernière minute avant la fin du délai de prescription !

En effet, par voie d’huissier de justice, j’ai reçu ce mercredi 14 juin 2017 — presque trois mois, jour pour jour, après la publication de mon article susmentionné — une « Assignation devant le Tribunal de Grande Instance de Lille« , m’ordonnant de comparaitre dans un délai de 15 jours, devant les Juges, par ministère d’avocat constitué auprès dudit Tribunal. Le célèbre avocat pénaliste, Maître Jérôme Pianezza du Barreau de Lille — l’un des avocats de la défense dans l’Affaire Carlton-DSK  – va défendre l’islamiste Soufiane Iquioussen, dans le cadre d’une procédure « civile » et non « pénale ». Il me reproche de qualifier l’islamiste Soufiane Iquioussen d’ … « islamiste » !

Maître Jérôme Pianezza a écrit : « au sens strict du terme, l’islamisme n’est qu’un courant de pensée essentiellement politique mais ne constitue pas en soi une infraction et un propos diffamatoire lorsque l’on attribue la pratique à un individu. Néanmoins, il ne sera évidemment pas ignoré que depuis quelques années, ce terme est parfois utilisé de façon péjoratif, quitte d’ailleurs à en dévoyer son sens premier. C’est dans le contexte actuel, où de nombreux pays dont la France, connaissent malheureusement une montée de l’islamisme radical, en lien avec le développement du terrorisme que Monsieur LOUIZI utilise ce qualificatif d’ « islamiste » à l’égard de Monsieur Soufiane Iquioussen de confession musulmane mais qui ne partage absolument pas les idées de l’islamisme« .

Naturellement, je répondrai à cette convocation, accompagné de mon avocat, et répondrai à toutes les questions des Juges. Le TGI appréciera mon propos, ses preuves ainsi que ses témoins. Je fais confiance en la Justice de mon pays. Elle a su débouter et condamner l’islamiste Amar Lasfar, venu devant le Tribunal Correctionnel avec ses deux avocats et de nombreux témoins dont deux sociologues : François Burgat et Raphaël Liogier, pour ne pas les citer. La Justice saura, sans doute, dire le droit et rappeler le sens juridique de la liberté d’expression que les islamistes et leurs soutiens n’aiment pas. Cette liberté fondamentale qu’ils piétinent dans leur marche décidée vers les abîmes.

Un article — que j’assume pleinement et dont je ne retire aucun mot — et deux procès pour diffamation qui se rajoutent aux deux précédents. Je n’aurai certainement pas de réponse concernant le sens de l’attaque de cet article, en particulier, alors que son contenu demeure presque négligeable comparé à l’article-enquête : De quoi la quenelle au Sénat est-elle le nom ? publié et partagé très largement le 9 mai 2016 dont lequel j’avais interrogé le sens de toutes ces complaisances politiques et médiatiques envers les Frères musulmans et leur relève.

En effet, pourquoi le socialiste Jacques Parent, a-t-il porté plainte presque deux semaines après la publication de l’article ? Pourquoi l’islamiste Soufiane Iquioussen — qui n’a jamais attaqué l’article interrogeant le sens de sa « quenelle » au Sénat — a-t-il attendu presque trois mois avant d’engager une procédure civile (et non au pénal) ? Pourquoi maintenant, quelques jours seulement après le premier tour des élections législatives ?

Certes, de nombreux contacts et amis dans le Denaisis, voient un lien de cause à effet entre, d’un côté, ma dénonciation publique des proximités ostensibles et dangereuses entre « socialistes » et « islamistes », et de l’autre côté, l’élimination sans appel de la députée-maire socialiste de Denain, Anne-Lise Dufour-Tonini, dès le premier tour des élections législatives. De mon point de vue, je ne dirais pas qu’il n’y aurait aucun lien probable. Les choses sont beaucoup plus complexes que ça. Simplement, je me garde de tirer une quelconque conclusion de cette débâcle historique des socialistes. Non seulement à Denain, mais aussi dans le Nord et partout ailleurs. La complaisance de nombreux candidats socialistes envers l’islamisme des Frères musulmans — comme à Denain — n’explique pas tout, mais elle constitue une circonstance (voir une cause) aggravante, entre autres.

Quand j’ai lu l’assignation de l’avocat de Soufiane Iquioussen, un paragraphe en particulier m’a interpellé. L’avocat Jérôme Pianezza justifie sa requête auprès du TGI en ces termes : « Cet article, long de 17 pages est émaillé de différentes photos de personnalités locales ou nationales dont le Président de la République alors en exercice mais également un candidat du parti socialiste à la Présidence de la République de 2017 Benoît HAMON ou de la Député-maire socialiste de DENAIN, Madame Anne-Lise DUFOUR-TONINI mais encore parmi d’autres, de l’ancien Maire de la ville de MERVILLE et ancien Conseiller Général au Département du NORD Jacques PARENT, et met très violemment en cause et à de multiples reprises Soufiane IQUIOUSSEN, qualifié de façon répétitive et quasi continuelle tout au long de l’article comme étant « islamiste ». Au fil de ces articles, des propos diffamatoires réitérés sont caractérisés et ont fortement ému et révolté Monsieur Soufiane IQUIOUSSEN. C’est la raison pour laquelle le Tribunal de Céans est saisi » !

Ainsi, pour justifier sa requête judiciaire, il semble avoir jugé opportun de citer des élus socialistes notoires ainsi que leurs fonctions et mandats respectifs : de François Hollande à Jacques Parent, en passant par Benoît Hamon et Anne-Lise Dufour-Tonini. En l’espèce, s’agirait-il d’une affaire judiciaire ou d’une affaire politique ? Cherche-t-on un bouc-émissaire idéal ?

J’ai envi de dire : Trop, c’est trop ! J’ai envi de crier : J’en ai marre de cette «élite» qui protège les quenelles islamistes et mène un jihad des tribunaux contre toute voix qui ose les dénoncer. J’ai envi de crier ma colère ; tenté de baisser les bras et d’abandonner ce combat vital. La consternation me saisit. La ruine me menace. Mais une voix intérieure me rappelle mon dicton préféré, emprunté depuis 2007 chez Zweig : « On peut tout fuir sauf sa conscience« .

Non ! et mille non ! je n’abandonnerai pas ma conscience. Car je préfère la ruine financière à la faillite morale. La prochaine audience publique — concernant l’affaire du socialiste Jacques Parent — est prévue au TGI de Lille, le mardi 4 juillet 2017. Je serai présent avec mon avocat. Toute personne souhaitant y assister peut le faire. Je vous tiendrai au courant du calendrier de l’affaire de l’islamiste Soufiane Iquioussen.

Enfin, je mets à votre disposition, non sans gêne, cette cagnotte de solidarité (voir lien ci-dessous). Elle servira à payer les frais d’avocats comme la fois dernière. Vous êtes invités à y participer au mieux que vous pouvez.

Merci de votre soutien et de votre aide !

 

Lien vers cagnotte : https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-mohamed-louizi


Actions

Informations



Laisser un commentaire




PUERI CANTORES SACRE' COEUR... |
elmoutahajiba |
Bismillah |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FIER D'ÊTRE CHRETIEN EN 2010
| Annonce des évènements à ve...
| IN CAMMINO VERSO GESÙ CRISTO