• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 18 novembre 2021

Le jihad des minarets

18112021

DILEM-ALLAH-AKBAR

Par : Mohamed LOUIZI

fichier pdf Jihâd des minarets – Mohamed LOUIZI

L’appel à la prière islamique – dit «Adhân» (أذان) en arabe et qui annonce le début du temps de la prière – ne peut être comparé au son des cloches des églises. Physiquement, le son d’une cloche est une succession d’ondes sonores, de vibrations, de fréquences hertziennes. Contrairement à l’amplificateur de son d’une mosquée, avec ou sans minaret, la cloche d’une église n’émet aucun mot, ne récite aucun texte, ne martèle aucune idée. Elle émet différentes notes et sonneries musicales reconnues par la masse des fidèles qui savent différencier l’Angélus du Tocsin, le Glas de la Volée tournante. L’appel à la prière musulmane, l’Adhân quant à lui, est d’abord un texte, une communication délibérément verbale qui exprime, dans la répétition et cinq fois par jour et nuit, la profession de foi d’une «religion» où les frontières entre le spirituel et le temporel, entre le public et le privé, sont quasi inexistantes. L’Adhân, même psalmodié, annonce les constances dogmatiques froides d’une idéologie de conquête. Quand l’islamologue allemand, Mathias Rohe, considère que «oui, nous pouvons  mettre le son des cloches et l’Adhân sur un pied d’égalité»[1], il se trompe en comparant l’incomparable. 

Aucun verset du Coran ne fixe la formule connue de l’Adhân. Aucun ordre formel de Mahomet – je parle ici du Mahomet fantasmé de la tradition bigote – n’en exprime le contenu verbal en vigueur chez les sunnites comme chez les chiites. La légende raconte que lorsque Mahomet et ses compagnons furent exilés et installés à Médine à partir de l’année 622, et eurent construit une mosquée (sans minaret), ils cherchèrent un moyen de communication pour alerter les fidèles de l’heure des offices rituels. Après discussion, ils ont rejeté toutes les suggestions proposant comme moyens d’alerte d’agiter un étendard par-dessus une colline ou d’allumer un feu, sous prétexte que les personnes se trouvant à l’intérieur de leurs demeures ne pouvaient voir ces avertisseurs visuels muets. L’hostilité primaire à l’égard des Juifs et des Chrétiens les a empêchés d’emprunter leurs modes sonores d’appel à la prière. Hors de question d’utiliser le shofar des Lire la suite… »







Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus