• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 3 janvier 2022

Emmanuel Macron contaminé par le variant lyonnais de l’islamisme ?

3012022

1-Macron-LIM-Kabtane

Par : Mohamed LOUIZI

Version PDF à télécharger ici :

 fichier pdf Emmanuel Macron contaminé par le variant lyonnais de l’islamisme-illustré-M_LOUIZI

Le jour de Noël, le «bien renseigné» Mohamed Sifaoui a publié dans le JDD un article intitulé «Le gouvernement réorganise le culte musulman». On y apprend que l’Etat a acté officiellement la mort du CFCM (Conseil français du culte musulman), créé par Nicolas Sarkozy en 2003. Son poulain, Gérald Darmanin, s’apprête désormais à l’enterrer, faute de places en réanimation paraît-il, après l’avoir transformé en «coquille vide». L’Etat songerait désormais à créer le FORIF (Forum de l’Islam de France), articulé autour de quatre axes : la gestion des aumôniers musulmans (des hôpitaux, des armées et des prisons), la formation des imams et autres cadres associatifs musulmans, l’application des règles du droit canonique islamique dans le respect de la loi du 24 août 2021 confortant «le respect des principes de la République» et le recensement des actes antimusulmans, comme s’il fallait ressusciter le CCIF…

Si l’Etat a raison de reprocher au CFCM son immobilisme et de ne pas avoir joué pleinement son rôle depuis sa création – encore fallait-il que ce rôle eût été bien défini – l’Etat a tort d’imputer toute la faute à ce pauvre conseil. En effet, la responsabilité de l’Etat est pleinement engagée depuis sa naissance. N’est-ce pas l’Etat qui a décidé d’intégrer les intégristes, notamment les Frères musulmans, en son sein ? Ne les avait-il pas favorisés par l’instauration, entre autres mesures opaques, d’une règle de représentativité du culte musulman indexée sur la surface métrique des mosquées ? N’est-ce pas l’Etat qui a donné un pouvoir prépondérant aux islams consulaires algérien, turc et marocain ?

Cela étant dit, dans ce même article du JDD, et au sujet de la formation des imams, pour ainsi préparer l’échéance de 2024 et la fin du statut des «imams détachés»[1] (Algériens, Turcs et Marocains), on apprend que «le ministère de l’Intérieur pense s’appuyer sur l’expérience lyonnaise, jugée « satisfaisante »». Et Mohamed Sifaoui d’ajouter : «La mosquée de Lyon, soutenue par des mécènes, a lancé, en partenariat avec une université lyonnaise, un diplôme universitaire garantissant aux imams une formation profane en plus de la formation théologique.»[2] Mais de quelle «expérience lyonnaise» parle-t-il ? Qui dirige «la mosquée de Lyon» ? Quels «mécènes» soutiennent-ils, financièrement et Lire la suite… »







Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus