• Accueil
  • > Recherche : soufiane zitouni blog

L’islamiste Naïma Ben Yaïch, sœur de jihadistes, est invitée à Lille.

3022019

1-Fraterie-Ben-Yaich-islamisme-Tanger.png

Mohamed Louizi

Décidément, Amar Lasfar et ses Frères musulmans persistent et signent. Après leur doigt d’honneur[1]-[2] de 2016, pour ne citer que cette année-là, arboré ostensiblement face à une République tourmentée, à une paix civile fragilisée, à une laïcité plus que jamais menacée, voici désormais leur bras d’honneur. Ils comptent inviter l’influente islamiste marocaine Naïma Ben Yaïch[3] (نعيمة بن يعيش), sœur de jihadistes internationaux impliqués dans les attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington,  du 16 mai 2003 à Casablanca et du 11 mars 2004 à Madrid. C’est peut-être la façon qu’ont Amar Lasfar et ses Frères musulmans de célébrer, dans une semaine,  le 70ème anniversaire de la disparition d’Hassan al-Banna[4], le fondateur de cette mouvance tentaculaire, tué le 12 février 1949. «Tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée», disait Jésus. Hassan al-Banna en prenait deux !

«Musulmans de France : un destin à construire, enjeux et défis»[5] est le thème qui résonnera le dimanche 10 février 2019 dans un amphithéâtre du majestueux Lille Grand Palais[6]. Ce dernier est géré par la société anonyme d’économie mixte SAEM LGP[7] dont le Conseil d’administration est présidé par Lire la suite… »




Soufiane Zitouni, définitivement relaxé.

7052018

soufiane zitouni

Par Mohamed Louizi.

La Cour de Cassation vient de relaxer Soufiane Zitouni. Quant au Frère musulman Amar Lasfar, président des « Musulmans de France » (ex-UOIF) et de l’association du collège-lycée Averroès à Lille-sud, il perd aujourd’hui son deuxième procès contre le professeur de philosophie, après un premier procès perdu, en février 2017, par ce même islamiste au TGI de Nanterre (ici). Aujourd’hui, la haute juridiction a cassé la condamnation en appel de Soufiane Zitouni (ici). Plus aucun renvoi n’est possible. La victoire est donc définitive. Contacté à cette occasion, le professeur de philosophie remercie ses soutiens et déclare : « après plus de trois années de combat judiciaire acharné, j’ai définitivement gagné les deux procès m’opposant aux islamistes de France ».

Ainsi, face aux échecs récurrents des islamistes sur le front du « jihad des tribunaux », l’Etat tiendrait-il compte, enfin, des alertes citoyennes au sujet de Lire la suite… »




Les jalons de François Burgat sur la route des Frères.

31122017

02.pngPar : Mohamed Louizi.

 Le fichier PDF illustré de cette enquête est à télécharger ici :

fichier pdf Les_jalons_de_Francois_Burgat_sur_la_route_des_Fre`res_V2018

François Burgat est aux Frères musulmans, ce que le champion est à la stratégie Starfish[1]. Ce qu’une clef de voûte est à l’arc-croissant. Ce que la quatrième roue est à la voiture. Ce que la courgette est à la ratatouille: (presque) indispensable. Je ne connais pas un «frère» qui ait autant fait pour les Frères musulmans, à l’échelle nationale, comme à l’échelle internationale, que François Burgat. Il ne m’appartient pas d’expliquer le pourquoi du comment de son activisme pro-Frères : il peut s’en expliquer s’il le souhaite. Je me limite donc à relater des faits, à les interroger, à les interpréter de façon subjectivement objective. Cela suffirait, à mon sens, pour mesurer l’étendu de l’impact d’un «universitaire» sur le processus d’«islamisation»[2], en cours dans l’Hexagone, avec son lot de ruptures et de terreurs. Telle une caution «académique» consentante, François Burgat se plaît ostensiblement au service assurément conscient de Lire la suite… »




Médiapart et le syndrome de Pinocchio (illustré).

15112017

Ramadan-Plenel.png

Par : Mohamed Louizi

La défense d’Edwy Plenel (et de Mediapart) est affligeante. A certains égards, elle est même délibérément mensongère, sciemment dangereuse. Le journal s’enfonce seul, sans l’aide de personne, dans le déni de son propre passé, récent et lointain. Ses complaisances chroniques, envers l’islamisme des Frères musulmans, porté entre autres, dans tous ces territoires perdus de la République, depuis le début des années 90, par un certain Tariq Ramadan, s’exhibent désormais au grand jour, sans cache-sexe, au moins depuis que les affaires, dont serait impliqué le petit-fils d’Hassan al-Banna, s’empilent au gré des révélations scandaleuses. Ci-après, il n’est pas question d’intenter un quelconque «procès en sorcellerie», ni à Plenel, ni à Mediapart. Au contraire, le présent décryptage synthétique rappelle des faits véridiques et incontestables, suivant les mêmes standards déontologiques que chérit la rédaction de ce journal.

1- «On ne savait pas», vraiment ?

En effet, depuis que Charlie Hebdo a publié sa une collector, le mercredi 8 novembre 2017, avec ce commentaire: «Affaire Ramadan, Mediapart révèle: on ne savait pas», Edwy Plenel tente, vaille que vaille, de se distancier de l’islamiste Tariq Ramadan, devenu désormais très encombrant, au fur et à mesure des révélations, concernant des affaires présumées de Lire la suite… »




Oméro Marongiu-Perria, peut-il déconstruire le «paradigme hégémonique» en prêtant main forte au «paradigme victimaire» au service du «chaos constructeur» ? Lecture croisée (1).

17092017

00

Par : Mohamed Louizi

(Appuyer sur les photos pour les agrandir !)

Depuis quelques mois, j’ai envisagé d’écrire, dans le cadre d’un débat d’idées — que j’espère franc et dépassionné –, un article analytique de certains écrits et publications de mon «ami», le sociologue Omero Marongiu-Perria que je connais depuis le début des années 2000. Nous étions tous les deux frères musulmans, membres de l’UOIF (surnommée actuellement «Musulmans de France»). De nombreuses occasions passaient, permettant la rédaction et la publication de cet article, mais à chaque fois, j’ai dû y renoncer à la dernière minute, pour laisser passer l’orage et, ainsi, s’épargner soi-même d’une lecture conflictuelle qui soit polluée, totalement ou partiellement, par de la colère.

Mais il y a une autre raison à cela, j’étais à chaque fois dans l’attente qu’une nouvelle publication de sa part, qui viendrait, soit infirmer, soit confirmer les conclusions de mon analyse de la trajectoire de sa plume, tout comme de son action sur le champ islamique (et parfois-même islamiste) : une trajectoire complexe, je l’avoue, pas très facile à suivre et à cerner. Cela pourrait être une de mes limites.

Enfin, après presque deux ans d’hésitation, au vu de la matière intelligible qu’il a produite, depuis janvier 2016, je vais pouvoir désormais engager ce débat, modestement, avec celui qui se présente comme Lire la suite… »




Caverne d’Amar Lasfar

31122015

00-lessiveuse

Par Mohamed LOUIZI

Avant-propos 

La présente enquête se base, essentiellement, sur les contenus de documents officiels : statuts, procès verbaux d’assemblées générales, actes de gérance, extraits Kbis, bilans et comptes annuels comptables qu’Amar Lasfar et ses associés ont transféré, au titre de déclarations sur l’honneur, aux différentes administrations françaises, fiscales, sociales et bancaires de 1998 à 2014. Ces documents sont accessibles et téléchargeables sur le site Infogreffe.fr (ici). Les statuts et autres documents officiels, relatifs aux associations Ligue Islamique du Nord (LIN), Grande Mosquée de Lille (GML) et l’Association Averroès, sont totalement accessibles par simple demande, formulée par tout citoyen, auprès du Greffe des Associations à la Préfecture du Nord (ici). L’accès à certaines informations comptables est gratuit. L’autre est payant. De part mes expériences professionnelles passées en tant que gérant d’une SARL, puis projeteur, puis chef de projets, puis ingénieur, responsables d’études, je ne prétends pas être spécialiste de l’analyse comptable et financière. Mais, je m’estime capable de déchiffrer correctement quelques lignes, des documents précités, et de lire entre les lignes aussi. La liste des 53 documents exploités est consultable en annexes.

Télécharger l’article sous format PDF (version mise à jour) : fichier pdf Caverne d’Amar Lasfar – Par Mohamed LOUIZI – 31 décembre 2015 (version mise à jour)

 1- Mise en contexte 

Le mardi 22 décembre 2015, j’ai reçu une « Assignation en référé » pour me présenter le mardi 26 janvier 2016 à 9h00, devant le Tribunal de Grande Instance de Paris (J’habite à Roubaix !). Ainsi, pour la deuxième fois, en moins de six mois, le « frère musulman » Amar Lasfar, président national de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), a choisi le terrain judiciaire pour attaquer, une nouvelle fois, mes publications.

En effet, le 27 septembre 2015, j’avais publié un billet intitulé : « Parrain et mafieux : Action SAP » (ici). Celui-ci s’inscrivait dans une continuité et faisait écho aux pressions communautaires et familiales que moi et ma petite famille subissons, en raison de mes engagements intellectuels anti-islamisme, totalement revendiqués et publiquement assumés, depuis que j’ai quitté les Frères Musulmans en octobre 2006. L’article du 27 septembre dévoile aussi, et très partiellement, une face de ces pressions incessantes, faites de rumeurs, d’agissements détestables, de mise à l’index et d’ « exécutions » sociale et économique. Lorsque le lecteur saura que dans mon propre entourage familial Lire la suite… »




Mon 11 septembre, par Mohamed LOUIZI

14092015
Mon 11 septembre, par Mohamed LOUIZI dans Actualites 18-LASFAR-QATAR

 

J’étais informé ce vendredi 11 septembre, par courriel, par les instances judiciaires de Nanterre (92) – j’habite dans le 59 – que les « Frères Musulmans » ont porté plainte contre moi pour, je cite : « Diffamation publique contre un particulier ». Le courriel, très officiel, précise que « six articles » que j’ai publiés entre le 11 février et le 5 avril, ici sur mon blog « Écrire sans censures ! » et aussi sur mon autre blog Mediapart (voir ici) sont visés par cette plainte.

J’ai pris contact avec la PJ de Nanterre, par téléphone, pour en savoir plus. Il s’avère qu’une plainte contre « X » a été déposée le Lire la suite… »




Le Qatar et l’Ecole d’Allah : Le cas du Lycée Averroès

31082015
Le Qatar et l’Ecole d’Allah : Le cas du Lycée Averroès dans Actualites 1-FM-Qatar-Charity.png
Par:  Mohamed LOUIZI

(Temps de lecture estimé : 35 minutes)

Le vendredi 4 septembre 2015, le Tribunal de Lille se prononcera au sujet de la plainte pour diffamation non-publique, déposée par l’association du « Collège-Lycée Averroès », à l’encontre du professeur de philosophie, Soufiane Zitouni. Lorsque cette affaire avait éclaté, j’avais publié un premier article intitulé : « Amar Lasfar répond à Zitouni : Le déni ! »[1] (lire ici). Quelques semaines plus tard, j’avais engagé une action citoyenne de témoignage d’intérêt public, en écrivant et mettant en ligne un document intitulé : « Collège-Lycée Averroès : L’arbre qui cache le désert ! »[2] (lire ici) ainsi que ses annexes, validant, preuves matérielles à l’appui, l’ensemble des reproches et critiques que formula justement le professeur de philosophie, au sujet des dérives sectaristes, islamistes, antisémites, antiévolutionnistes et autres, constatées lors de l’exercice de son métier d’enseignant, dans cet établissement privé musulman sous contrat d’association avec l’Etat depuis 2008.

Je n’ai cessé, depuis février dernier, de mettre à jour les informations concernant cette affaire et d’éclairer davantage ses zones obscures, très nombreuses par ailleurs, toujours de manière argumentée et documentée, pour que chacun, qu’il soit en poste de responsabilité républicaine ou simple citoyen,  puisse se forger une idée en connaissance presque parfaite de ses tenants et de ses aboutissants (lire ici[3], ici[4], ici[5] et ici[6]).

Que puis-je y rajouter encore à la veille de la sentence judiciaire tant attendue? Pas grand-chose, me dirais-je ! Si ce n’est quelques « petites » précisions au sujet de l’identité des « vrais » propriétaires et financiers du « Collège-Lycée Averroès » Lire la suite… »




Hassan Al-Banna et la jeunesse (4/4)

28052015

Par : Mohamed LOUIZI

Hassan Al-Banna et la jeunesse (4/4) dans Associations 200.png

 

L’idéologie des « Frères Musulmans » comme un appel salafiste !

Lors du « cinquième congrès » des « Frères Musulmans », célébrant le dixième anniversaire de la confrérie en 1938, Hassan Al-Banna  avait défini, en arabe, et en huit points, ce qu’étaient fondamentalement « l’idée » et « l’identité » des « Frères Musulmans ». Cette confrérie, selon son propos, est une combinaison d’un ensemble composé : d’un « appel salafiste », d’une voie « sunnite », d’une « vérité soufie », d’une « organisation politique », d’un « groupe sportif », d’une « ligue scientifique et culturelle », d’une « entreprise économique » et d’une « idée sociale et sociétale »[1]

Si aujourd’hui, j’affirme clairement que cette confrérie, et ses représentations dans différents pays, en Orient comme en Occident, sont des organisations salafistes, je ne fais en vérité que réaffirmer ce que disait Hassan Al Banna en 1938. Ici le terme « salafiste »  est dérivé du mot « salafisme » (السلفية)  qui désigne une tendance visant à vouloir suivre, scrupuleusement, les traces des « Salafs », ces compagnons du Prophète et leurs successeurs des trois premiers siècles, dont l’histoire a été incontestablement idéalisée et magnifiée. Lire la suite… »




Hassan Al-Banna et la jeunesse (1/4)

19052015

Par : Mohamed LOUIZI

(Temps de lecture estimé à : 25 minutes)

Note de rappel : 

Le vendredi 29 mai 2015, le Tribunal de police de Lille devra juger, sur le fond cette fois-ci, la plainte pour diffamation non-publique, déposée par la direction du « Collège-Lycée Averroès », à l’encontre du professeur de philosophie, Soufiane Zitouni. 

La répétition outrancière de nombreux mensonges et contre-vérités de la part de la direction de l’UOIF, propriétaire et dirigeante de cet établissement d’enseignement privé musulman sous contrat d’association avec l’État, et le lynchage moral inadmissible qui a été réservé à ce professeur courageux, sur des réseaux sociaux et sur d’autres supports numériques et audiovisuels – avec la participation effective et étonnante du directeur de cet établissement et d’une professeur aussi – m’avaient convaincu, dès le mois de février, à la nécessité impérative d’engager une parole responsable, à découvert, sous forme de témoignages citoyens d’intérêt public, appuyant matériellement toutes les accusations formulées par ce professeur, et permettant ainsi à la Justice, aux responsables politiques, aux acteurs de l’Éducation Nationale, aux parents d’élèves, et à tout citoyen de se forger une opinion et d’éclairer un jugement. 

Ainsi, le 11 févier, j’ai publié un premier article intitulé : «Amar LASFAR répond à Soufiane ZITOUNI : le déni ! »  (à lire ici). Le 17 mars, j’ai envoyé mon témoignage « Collège-Lycée Averroès de l’UOIF : l’arbre qui cache le désert ! » – un CD-Rom contenant des preuves matérielles – au Premier Ministre, à quelques responsables gouvernementaux, au Recteur de l’Académie de Lille et à une vingtaine d’organes médiatiques français (en premier lieu la rédaction de Mediapart), par voie recommandée avec accusé de réception. Le 19 mars, j’ai rendu public ce témoignage et ses éléments de preuves matérielles (à lire ici) et le 1 avril, j’ai publié un article intitulé : « Averroès : un lycée demi-écrémé ? » (à lire ici). 

Qu’est-ce qui reste encore à dire ? Le présent article ainsi que les trois suivants, qui seront publiés tous avant le procès, apporteront de nouveaux éléments et quelques révélations inédites très utiles. Mon objectif, depuis le début de cette histoire, est, et restera toujours, d’éclairer les méandres des cavées islamistes, prenant en otage le prénom d’une foi religieuse, la mienne et celles de millions de français, pour atteindre des visées politiques lointaines, en instrumentalisant grossièrement une partie non négligeable de l’enfance française. 

Mes témoignages sont « pour » l’enfance et « contre » l’islamisme, et non pas contre le « Collège-Lycée Averroès ». A l’issue de ces quatre publications, mon engagement citoyen, vis-à-vis de cette affaire en particulier, serait relativement accompli. Quelque soit la décision de la Justice, mon combat contre l’islamisme sera davantage amplifié, avec la même rigueur intellectuelle. L’obscurantisme religieux déteste la lumière. Après le 29 mai 2015, j’allumerai les phares !

Hassan Al-Banna et la jeunesse (1/4)

 

A l’origine d’une obsession : 

Hassan Al-Banna (1906 – 1949) était professeur des écoles primaires durant presque dix-neuf ans. En parallèle avec ses fonctions dans l’enseignement, il commença sa prédication et fonda la confrérie des « Frères Musulmans » en 1928. Il quitta le chemin des écoles en 1946. L’éducation des enfants et des jeunes le préoccupait singulièrement. Cette préoccupation était excessivement manifeste chez ses « frères » contemporains. Elle l’est toujours chez ses successeurs, en Égypte, dans les pays arabes et en Occident.  S’adresser à ces tranches Lire la suite… »







Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus